Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Toulouse : le personnel du service hématologie de l’Oncopole en grève contre le manque d'effectif

-
Par , France Bleu Occitanie

Chez les blouses blanches, il n'y pas que les urgentistes qui sont en colère. A Toulouse, les soignants du service hématologie de l’Oncopole sont en grève. Ils dénoncent notamment le manque d'effectif criant qui entraîne une surcharge de travail et un épuisement des équipes.

les soignants du service hématologie de l’Oncopole sont en grève depuis le 28 juin.
les soignants du service hématologie de l’Oncopole sont en grève depuis le 28 juin. © Radio France - Hugo Charpentier

Toulouse, France

Ils sont en grève pour signifier leur ras-le-bol... mais assure tout de même leur service. Ce lundi 8 juillet c'est donc au moment de la pause déjeuner que les soignants du service hématologie de l’Oncopole se sont rendus à l'entrée du parking de l'hôpital. Distribution de tracts, banderoles accrochées aux barrières, les infirmières et aide-soignants veulent faire connaître leur combat. 

Surcharge de travail

"On nous demande toujours plus mais avec toujours moins" lance Julien Gavarret, infirmier au service de greffe de moelle osseuse. Dernier exemple en date : "le weekend dernier au lieu d'être quatre aides soignantes - une pour cinq patients - elles se sont retrouvées à deux pour se partager chacune dix patients" explique, en colère, le jeune homme. "Est-ce que concrètement vous pouvez faire des soins de qualités, en greffe de moelle osseuse, quand vous êtes en sous effectif ?" réponse : "Non, ce n'est pas possible".

Effectif en baisse

Sa collègue, Lise mélo ne dit pas autre chose. "On est face à un manque de personnel" dit-elle tracts en main. Il y a cinq ans, quand le service a ouvert ses portes, "il y a avait 31 infirmières et 27 aides soignantes" se souvient Lise, "aujourd'hui nous sommes 28 infirmières et 23 aides soignantes" peste-t-elle. "Chaque année on nous supprime des postes et ce n'est pas acceptable car la qualité et la sécurité des soins des patients doivent êtres optimales" martèle la jeune femme. De son côté, la direction promet de recruter du personnel d'ici la fin du mois.  Mais dans quelle mesure ? Les grévistes craignent les arrivées soient largement insuffisantes.