Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le sous-traitant d'Airbus Latécoère veut supprimer un tiers de ses effectifs, soit 475 postes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

L'équipementier aéronautique toulousain Latécoère annonce vendredi 25 septembre la suppression de 475 postes sur les 1 504 que le groupe possède en France, soit un tiers de son effectif.

Le site de Labège devrait cesser sa production.
Le site de Labège devrait cesser sa production. © Radio France - Bénédicte Dupont

Après Airbus, le secteur aéronautique toulousain est de nouveau secoué par un vaste plan de suppressions de poste. Ce vendredi matin, dans le site historique de Périole, le groupe Latécoère a annoncé à ses salariés vouloir supprimer 475 emplois, soit un tiers des effectifs en France. Dans le détail, sur ces 475 postes, la majorité 345 dans la branche Aérostructure, le reste 130 postes dans la branche Interconnexion (ex Latelec).

Les usines de Montredon et Gimont en première ligne

Dans son projet de plan de sauvegarde de l'emploi, le groupe Latécoère, passé sous giron américain en décembre dernier, explique que ces suppressions de poste sont causées par la crise sanitaire et économique liée au coronavirus. Et donc "la baisse de cadence de 40% de nos principaux clients", ce qui "a entraîné une baisse équivalente de 40% de l'activité du groupe". Le chiffre d'affaires du groupe s'est effondré de 38% au premier semestre.

Le directeur général délégué de Latécoère, Thierry Mootz, souligne qu'il est "difficile aujourd'hui de donner un chiffre" sur le nombre d'éventuels licenciements. À cause du coronavirus, la direction n'envisage par un retour à la normale avant 2025. "On est dans l'obligation d'agir", explique Thierry Mootz.

Dans la documentation fournie ce matin aux syndicats, y est précise que les usines de Toulouse-Montredon et de Gimont (Gers) seront les plus concernées par le plan. Sur ces sites où 130 à 150 permaments travaillent, il serait question de supprimer autour de 90 postes.

C'est de la folie furieuse. Avec 475 employés en moins, l'activité n'est pas viable ! — Florent Coste, secrétaire CGT à Latécoère

Le site de Labège va cesser sa production

Sur les sites français, un seul devrait cesser son activité de production. Celui de Labège, spécialisé dans les câblages au sud-est de Toulouse, qui deviendra un centre administratif. Le site de Labège accueille administratif, la RH, la R&D, les fonctions support et un petit peu de production. Une partie de la production est déjà partie à l’étranger, ce qui reste devrait être délocalisé dans les Landes ou au Maghreb. Sur place, les salariés sont un peu sonnés, ils ont appris la nouvelle peu avant la pause de midi. "C'est l'effet de la Bourse", glisse désabusé l'un d'eux sans vouloir ajouter de commentaire. Il faut "digérer l'information" qui vient juste d'arriver. Les syndicats étaient encore en réunion au siège rue Périole ce midi.

Pour nous le plus important est de préserver les sites. Maintenant à nous de jouer sur différents outils pour diminuer ce chiffre de 475. — Thierry Ynglada, délégué central CFE CGC

Prochain rendez-vous le 30 septembre pour le CSE. Les syndicats espèrent actionner les outils habituels pour amortir la chute : activité partielle de longue durée, formations qualifiantes, etc.

Latécoère, l'un des pionniers du secteur aéronautique

Fournisseur d'Airbus, de Boeing, de Mitsubishi ou encore Embraer, ce groupe pionnier de l'Aéropostale fondé en 1917 est aujourd'hui spécialisé dans les aérostructures (tronçons de fuselage, portes) et les systèmes d'interconnexion (câblages, meubles avioniques et équipements embarqués).

Depuis le début de l'épidémie, le groupe, qui employait 5 200 personnes dans 13 pays fin 2019, a déjà supprimé 35% de ses effectifs à l'étranger, réduit de 60% ses dépenses d'investissements et obtenu un prêt garanti par l'État de 60 millions d'euros.

Les premières discussions entre direction et syndicats doivent débuter la semaine prochaine et se poursuivre "pendant quatre à cinq mois".

Les sites de Latécoère en France

  • Toulouse Périole, le siège historique 
  • Toulouse Montredon, l'usine du futur (Aérostructure) 
  • Labège, siège de la branche Interconnexion / câblage
  • Colomiers (Aérostructure) 
  • Gimont, Gers (Aérostructure) 
  • Liposthey, Landes (Interconnexion) 
  • Vendargues, Hérault (Interconnexion) 
  • Vitrolles, Bouches-du-Rhône, la plus petite unité (Interconnexion)

En 2018, le site de Sainte-Foy-d'Aigrefeuille en HAute-Garonne a été racheté par ADF et est devenu Latesys.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess