Économie – Social

Toulouse, les fonctionnaires et François Fillon

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mardi 29 novembre 2016 à 16:33

Avant de partir à St Cyprien, le cortège s'est donné rendez-vous devant la préfecture de Toulouse.
Avant de partir à St Cyprien, le cortège s'est donné rendez-vous devant la préfecture de Toulouse. © Radio France - Bénédicte Dupont

C'était ce mardi une journée nationale de mobilisation des fonctionnaires. Des agents échaudés par la proposition de François Fillon : supprimer 500.000 postes en cinq ans. À Toulouse, la promesse du candidat de la droite et du centre souffle sur des braises incandescentes.

Il s'agissait d'un appel national pour la défense de la fonction publique, lancé par la CGT et de FSU et Solidaires. À Toulouse, des personnels de santé, du Conseil Départemental, des enseignants, des agents des impôts, des pompiers ont répondu à cet appel. La mobilisation a varié de quelques centaines à 2.000 (selon la CGT), largement inférieure à celle, davantage axée sur l'hôpital, du 8 novembre où entre 2.300 et 5.000 soignants avaient défilé.

En France, un salarié sur cinq, 5,64 millions de personnes sont fonctionnaires et les dernières promesses électorales du candidat Fillon les ont plus qu'échaudés . Ses 500.000 agents en moins en cinq ans ne passent pas.

REPORTAGE EN UN CLIC auprès des fonctionnaires toulousains, Bénédicte Dupont (1'14'')

500.000, c'est énorme, c'est une épuration. Et puis la retraite à 65 ans, il me voit François Fillon faire mes soins à 65 ans ?!! — Stéphanie, aide-soignante à l'hôpital Marchant

Des agents territoriaux ont fait le déplacement. - Radio France
Des agents territoriaux ont fait le déplacement. © Radio France - Bénédicte Dupont

Pour beaucoup, cette coupe promise dans les effectifs publics même si elle se traduirait par des départs à la retraite non remplacés, n'augure pas de lendemains qui chantent. Johnny travaille à l'INP, l'institut national polytechnique de Toulouse, il est catégorie C et se sent vulnérable "On rabote ma catégorie, ceux qui poussent le balai. Nous les catégories C, on est à al base de la base, c'est nous que Fillon vise. Et il va le faire !".

Ce que Fillon propose c'est ce que faisait Sarkozy : privatiser ce qui a été rendu public juste après la guerre et dans la période 1981-83 — Jean, ancien ouvrier de la Défense au CEAT de Balma

Un fonctionnaire sur cinq tenté par le vote FN

"Certains vont voter FN en pensant que c'est plus social"

Avec ce programme-là, Fillon ne passera pas vous verrez. C'est à celui qui fera le plus de surenchères. Si il ne change pas son fusil d'épaule, d'ici le premier tour il y aura d'autres surprises.— André Deluc, ancien directeur d'agence Assedics

Selon une étude du Centre de recherches politiuqesde Sciences Po (Cevipof) publiée en juin dernier, les fonctionnaires sont de plus en plus attirés par le vote extrême : Jean-Luc Mélenchon à gauche, et surtout Marine Le Pen à droite. Nouveauté, le Front National perce aussi désormais auprès des agents publics les plus diplômés "l’avancée continue de Marine Le Pen qui a peut-être atteint un palier en catégorie C mais qui attire une part croissante des intentions de vote des cadres A". Cette étude, réalisée entre janvier et mai ne prend pas en compte le scénario Fillon, au profit d'un scénario Juppé ou Sarkozy pour la droite. Voilà pourquoi il apparaît que le duo Alain Juppé et Marine Le Pen obtient toujours les meilleurs résultats en moyenne dans l’ensemble de la fonction publique. L'analyse ne dit pas si les intentions de vote pour le maire de Bordeaux seraient transposables au candidat finalement désigné dimanche dernier.

Très mobilisée à Toulouse, la fonction publique hospitalière. - Radio France
Très mobilisée à Toulouse, la fonction publique hospitalière. © Radio France - Bénédicte Dupont

LIRE AUSSI

Jean-Pierre Leleux, sénateur proche de F. Fillon : "Des postes de fonctionnaires seront supprimés dans les ministères"

Catherine Soullie ancienne députée européenne pro-Fillon : "supprimer 500.000 fonctionnaires, c'est souhaitable pour la France"

Partager sur :