Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Toulouse : les sans-abri qui occupaient le gymnase Saint-Sernin vont être relogés

jeudi 8 novembre 2018 à 14:34 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Occitanie

Les 96 personnes sans-abri qui occupaient le gymnase Saint-Sernin de Toulouse (Haute-Garonne) depuis le 31 octobre ont obtenu, jeudi 8 novembre, une solution d'hébergement. C'est grâce à une réunion entre l'association Droit au logement, la préfecture et la mairie qu'une issue a été trouvée.

Les 96 personnes dont 51 enfants qui dormaient dans le gymnase Saint-Sernin de Toulouse vont être relogées.
Les 96 personnes dont 51 enfants qui dormaient dans le gymnase Saint-Sernin de Toulouse vont être relogées. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Toulouse, France

C'est un soulagement pour elles : les 96 personnes sans-abri qui occupaient le gymnase Saint-Sernin de Toulouse (Haute-Garonne) depuis le 31 octobre ont obtenu, jeudi 8 novembre, une solution de relogement. Une réunion entre l'association Droit au logement, la préfecture de Haute-Garonne et la mairie de Toulouse a permis de trouver une solution. La centaine de personnes, dont 51 enfants, sera hébergée en logement social, en hébergement d'urgence ou en centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada). "Ce sont des solutions durables", se réjouit le DAL.

C'est un combat gagné

"On se félicite que la mairie et la préfecture aient pris conscience du problème et qu'elles aient travaillé pour une mise à l'abri", a réagi François Picquemal, le président de l'antenne toulousaine du DAL, à l'issue de la réunion. Il regrette cependant que "malheureusement, il faut toujours des actions" de ce type pour arriver à ces solutions. 

Pour les familles concernées, cette décision a suscité "un sentiment de soulagement". Comme pour Aïda, qui vit avec ses trois enfants à Toulouse depuis quatre mois. "On remercie tout le monde", a expliqué cette mère de famille d'origine sénégalaise, venue de Barcelone. "Ça n'a pas été facile pour nous mais aussi pour eux", a-t-elle reconnu. Savoir que toute sa famille va dormir à l'abri est un véritable bonheur : "On ressent de l'émotion parce que ce n'est pas facile de vivre dans la rue avec des enfants." Elle sourit : "C'est un combat gagné."