Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse, territoire d'avenir ? Les onze pistes de la commission dévoilées

-
Par , France Bleu Occitanie

La commission "Toulouse, territoire d'avenir" parrainée par l'économiste Jean Tirole, a présenté son rapport mardi 29 septembre à la métropole de Toulouse. Onze pistes ont été proposées, elles portent notamment sur l'écologie, l'agriculture, l'aéronautique, mais aussi l'éducation.

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, écoutent le parrain de la commission Jean Tirole.
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, écoutent le parrain de la commission Jean Tirole. © Radio France - Simon Cardona

Parrainée par le prix Nobel d'économie Jean Tirole, et composée de 12 personnes, la commission "Toulouse, territoire d'avenir" a présenté un premier rapport ce mardi avec onze chemins que la ville rose doit prendre après la crise sanitaire et économique liée au Covid-19, si elle veut rayonner davantage en France et à l'étranger.

Les 11 propositions

  1. Accroitre le rayonnement scientifique de Toulouse ;
  2. Développer une stratégie d'aménagement de Toulouse pour le climat ;
  3. Déployer un plan "climat-territoire" ;
  4. Promouvoir une agriculture climatique écoresponsable ;
  5. Conforter, transformer et diversifier l'activité industrielle toulousaine ;
  6. Simplifier l'accès des entreprises aux aides ;
  7. Faire de Toulouse une terre d'accueil des entreprises et des projets européens ;
  8. Créer des campus de formation pour l'industrie ;
  9. Stimuler l'intégration des jeunes au marché du travail ;
  10. Développer l'attractivité touristique internationale ;
  11. Miser sur la nature et la culture occitanes.

Changer l'aéronautique

Parmi ces pistes proposées, le secteur de l'aéronautique a bien entendu sa place. Mais critiqué pour son impact écologique, ce dernier devra se réinventer s'il veut survivre.

"Toulouse restera la capitale de l'aéronautique, assure l'économiste Jean Tirole. Mais il faudra construire une aéronautique différente, plus verte."

Un processus qui demande du temps : l'avion à hydrogène d'Airbus ne devrait pas voir le jour avant 2035. Mais l'aéronautique, ce n'est pas que les avions déclare le prix Nobel d'économie. "La médecine du futur, les data sciences, le spatial. On a déjà beaucoup d'atouts, mais peut faire mieux dans ce domaine à travers les microsatellites, les applications..."

Ce qui n'empêche pas Jean Tirole et la commission de conseiller aussi à Toulouse de se différencier pour, à l'avenir, ne pas trop dépendre de ce secteur.

Investir dans les transports en commun

Pour ce qui est de la mobilité, il faudra faire de gros efforts prévient Marion Guillou. La présidente de la commission assure que la seule chance pour ne pas trop subir le dérèglement climatique, est d'investir massivement dans les transports en commun. 

Car Toulouse, question mobilité, n'est pas aux premiers rangs de la classe. 80% des trajets quotidiens se font en voiture dans la métropole. "Ce n'est pas du tout le cas dans toutes les métropoles françaises, affirme Marion Guillou.

Et pour penser alternative à la voiture, il faut prendre en compte toute l'aire urbaine de la ville rose. "Comment penser la desserte TER ? La ligne grande vitesse Bordeaux-Toulouse ? liste la présidente de la commission. Mais aussi copier certaines villes qui fluidifient les voies de circulation en augmentant certaines d'entre elles dans un sens de manière temporaire."

S'améliorer en éducation

Autre défi de taille pour une ville très jeune comme Toulouse (130 000 étudiants). Attirer encore un peu plus les familles en améliorant ses sites universitaires. "Chacun sait que l'université toulousaine n'a pas su ces dernières années se mettre en ordre de marche pour rayonner à l'internationale", reconnaît Jean-Luc Moudenc, président de la Métropole.

La commission invite donc les élus politiques locaux à recruter une personnalité universitaire éminente, afin de permettre à Toulouse de faire partie des sites d'excellence français. Mais pour cela, "il faudra faire une demande commune entre Carole Delga et moi-même auprès de la ministre de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur", annonce Jean-Luc Moudenc.

Car pour mener ces projets à plus ou moins long terme, le conseil régional et la métropole de Toulouse l'ont répété à plusieurs reprises comme pour s'en convaincre : il faudra travailler ensemble sans se tirer dans les pattes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess