Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tourisme : à Rouen cet été, l'hôtellerie s'en sort mieux que la restauration

mardi 31 juillet 2018 à 0:29 Par Valentine Joubin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

En cette fin juillet, les professionnels du tourisme normand dressent un premier bilan mitigé de l'été 2018. La chaleur a davantage profité à la côte qu'aux centres historiques, surtout dans la restauration.

Cet été 2018 à Rouen, les touristes américains, canadiens, allemands et espagnols sont nombreux.
Cet été 2018 à Rouen, les touristes américains, canadiens, allemands et espagnols sont nombreux. © Radio France - Valentine Joubin

Rouen, France

Les juillettistes remballent leurs valises, les aoûtiens sont en pleins préparatifs. Le chassé-croisé des vacanciers est, en quelque sorte, la mi-temps pour les professionnels tourisme. A mi-parcours, quel est la tendance pour les hôteliers et restaurateurs? Ont-ils profité d'un effet coupe du monde, de la bonne météo? En Seine-Maritime, le bilan est plutôt contrasté, comme dans toute la région, avec un avantage à la côte par rapport aux centres historiques et aux hôteliers plus qu'aux restaurateurs.

La canicule profite aux bords de mer

Les restaurateurs rouennais ne vont pas se plaindre de ce début d'été, "non, non, on a du beau temps!", reconnait Henrique De Brito, chef de salle au Maraîchers, place du Vieux Marché. Avant de nuancer : "quand il fait trop chaud, les gens vont à la plage. Le soir on étaient pleins mais le midi c'est une moitié de terrasse et la moitié en salle". 

En moyenne, les restaurants du centre-ville de Rouen ont perdu 2 à 9% de leur activité sur un an estime Philippe Coudy, président de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) de Seine-Maritime. "Avec la canicule, ce sont davantage les commerçants de Dieppe, d'Etretat ou du Havre qui se félicitent. Ceux des cœurs de ville ont un peu plus souffert". 

Le retour des Asiatiques et l'arrivée des Russes et Tchèques

Dans la ville aux 100 clochers, ce sont les hôteliers qui ont le sourire. Dans l'ensemble leur fréquentation est stable. "2017 était une très bonne année pour nous et 2018 commencent plutôt bien, se réjouit Christophe Pomarède, directeur de l'hôtel Mercure cathédrale, pour le mois de juillet on est à 84, 85% de taux de remplissage. C'est très bien pour le secteur". 

Ce qui se confirme aussi en Seine-Maritime, c'est le retour des touristes asiatiques amorcé en 2017. L'office de tourisme de Rouen note aussi une forte présence de groupes venus d'Allemagne et d'Espagne. "En individuel, on voit passer beaucoup d'Américains, en hausse de 37%, et des Canadiens aussi. Ils sont trois fois plus nombreux que l'année dernière", constate Laurent Bonnaterre, président de Rouen Normandie, tourisme et congrès. La nouvelle tendance, qui progresse petit à petit, c'est l'arrivée d'une clientèle russe et tchèque.