Économie – Social

TOURISME | La marque "Alsace", plus forte que le Grand Est ?

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass lundi 30 janvier 2017 à 21:17

L'Alsace représente 45% du tourisme dans le Grand Est
L'Alsace représente 45% du tourisme dans le Grand Est © Maxppp -

Alors que la région Grand Est fête ses 1 an, les présidents de Conseil départemental des Bas et Haut-Rhin misent sur le tourisme pour booster la marque "Alsace" au sein de la grande région. Un projet commun a été élaboré. La priorité : les "pépites" locales et réclamer des moyens à la hauteur.

La région Grand Est fête ses un an. L'Alsace compte bien peser au sein de la grande région, notamment en matière de tourisme. C'est en tout cas l'ambition de Frédéric Bierry et Eric Straumann, respectivement président du Conseil départemental du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, car sur l'ensemble du territoire du Grand Est, l'Alsace représente près de la moitié des retombées économiques liées au tourisme.

Une politique commune a donc été élaborée : les deux départements alsaciens ont fusionné leurs agences de développements touristiques le 1er juillet 2016 : désormais, c'est l'ADT, l'agence interdépartementale Alsace Destination Tourisme qui a pour mission de faire rayonner notre territoire à travers le monde.

Le tourisme alsacien : une arme contre l'envahisseur grand-estien ?

L'ADT présentait son plan d'action pour les quatre années à venir (2017-2021) ce lundi. Et les conclusions de ce plan, c'est que l'Alsace se voit comme un moteur : le tourisme, c'est un peu le socle de l'alliance Haut-Rhin / Bas-Rhin pour résister face au Grand Est. En tout cas, c'est bien l'idée d'Eric Straumann, président du Conseil départemental du Haut-Rhin, qui n'envisage pas de se défaire de la marque "Alsace" :

Le Grand Est a sa politique d'attractivité globale, nous avons la nôtre, plus locale, parce que la marque "Alsace" a fait ses preuves et reste parfaitement identifiée par les acteurs du secteur touristique.

Elle est bien identifiée oui, mais moins que la "Forêt noire" toute proche en Allemagne, c'est ce que rappelle Frédéric Bierry, président du Conseil départemental du Bas-Rhin. Pour lui, la priorité, c'est de se focaliser sur les "pépites alsaciennes" et dans le lot, il inclue le parc d'attractions allemand "Europa Park" :

Europa Park, c'est 5 millions de visiteurs et ça va aller en augmentant car le parc va s'agrandir. L'enjeu, c'est de faire venir ces visiteurs dans les territoires alsaciens, pour qu'ils profitent de nos offres : oenotourisme, cyclotourisme, châteaux forts, gastronomie...

Dans un second temps seulement, concède Max Delmond, président de l'ADT, l'Alsace tendra la main à d'autres départements grand-estiens, notamment ceux qui hébergent le Massif Vosgien :

Il y a de toutes façons une demande de politique globale par les professionnels du secteur. Une fois qu'on aura bien calé notre politique alsacienne, nous verrons à valoriser nos montagnes en partenariat avec les autres départements.

Le budget alloué au tourisme en Alsace, c'est 5 millions d'euros annuels. A l'avenir, il va baisser de 5% par an, mais les deux départements alsaciens entendent défendre leur bout de gras. Frédéric Bierry, président du Conseil départemental du Bas-Rhin, veut que le Grand Est joue le jeu :

Il ne faut pas déshabiller Paul pour habiller Pierre. L'Alsace, c'est 45% du tourisme dans le Grand Est. Nous sommes bons, mais perfectibles et il faut que le Grand Est nous donne les moyens financiers de nous améliorer.

Frédéric Bierry : "L'Alsace, c'est 45% du tourisme dans le Grand Est."

19 millions de visiteurs séjournent chaque année en Alsace. Le tourisme représente près de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour les entreprises touristiques alsaciennes et 37.000 emplois.

Le tourisme, socle fondateur pour résister à l'envahisseur grand-estien ? Par Olivia Cohen