Économie – Social

Tourisme : la Gironde veut attirer du monde jusqu'à la Toussaint

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mardi 18 octobre 2016 à 4:00

Pascale Got, la présidente de Gironde Tourisme.
Pascale Got, la présidente de Gironde Tourisme. © Radio France - Yves Maugue

Alors que les vacances scolaires de la Toussaint débutent ce mercredi après-midi, Gironde Tourisme a effectué le bilan de la saison. Avec de beaux résultats estivaux mais également en septembre et jusqu'en octobre. L'arrière-saison devient d'ailleurs une priorité pour les professionnels.

Députée du Médoc et conseillère départementale, Pascale Got est depuis un peu plus d'un an à la tête de Gironde Tourisme, l'organisme départemental chargé de booster l'accueil touristique. La présidente dresse le bilan de la saison qui s'achève et annonce deux priorités : améliorer l'accueil à l'automne et profiter de l'arrivée de la LGV Paris-Bordeaux. Interview.

France Bleu Gironde : En cette fin de saison, les professionnels du tourisme ont le sourire en Gironde ?

Pascale Got : La période estivale a été excellente au même titre que 2015. Il y a quelques points à la baisse mais globalement nous avons vécu une très bonne saison. Mais il faut maintenant que l'on travaille le prolongement de saison. Nous avons tous les atouts pour le réaliser en Gironde. Encore faut-il bien cerner les secteurs que nous voulons prolonger dans la saison, notamment ce qui peut être événementiel, culturel, patrimonial. Pour le moment chacun tente des choses dans son coin. Mais il n'y a jamais eu de travail collectif et c'est ce que je voudrais que l'on fasse. On constate que là où il y a encore des touristes en septembre et octobre, trop de commerces ou d'hôtels sont fermés. Il y a un décrochage alors qu'il y a du monde sur notre territoire.

Vous souhaitez développer d'autres formes de tourisme, comme le vélo ou la randonnée ?

Oui et il faut aussi que l'on cible le public français, de Gironde ou à proximité. Les pistes cyclables ne bougent pas, il y a des expositions tout au long de l'année, il y a des sites magnifiques que l'on peut vivre aux différentes saisons. On peut donc monter des circuits, proposer des produits intéressants. Il y a vraiment un effort de valorisation sur des pépites. Il ne s'agit pas de minimiser la période estivale mais le littoral accueille beaucoup de monde, l'oenotourisme est installé. Allons travailler là où il y a de la marge.

2017 va être marquée par la mise en service de la LGV entre Paris et Bordeaux, cela va changer le paysage touristique ?

Ça va nous amener une augmentation des courts séjours. Avec les 35 heures, quand vous venez de Paris vous pourrez être en deux heures le vendredi à Bordeaux. Il va donc falloir adapter des formules. Et surtout, il va falloir travailler sur le déplacement rapide entre la gare Saint-Jean et les lieux de villégiature. Aujourd'hui, quand on arrive à la gare, on est un peu en panne pour trouver un mode de transport, pour emmener son vélo avec soi ou pour savoir où sont les points intéressants de visite à proximité. On va devoir réfléchir sur des formules à deux mais également sur des formules familiales qui sont souvent plus complexes à monter. Ça va bousculer les choses et j'espère de manière positive.

Partager sur :