Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Tourisme dans les Vosges : les saisonniers dans l'expectative

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Comme leurs employeurs, les saisonniers vosgiens sont suspendus aux nouvelles annonces sur le tourisme du gouvernement attendues ce jeudi 28 mai. Mais un redémarrage de la saison ne s'accompagnera pas forcément d'une reprise de l'emploi saisonnier, du moins pas dans tous les secteurs.

Image d'illustration, lac de Gérardmer.
Image d'illustration, lac de Gérardmer. © Maxppp - Jean Becker

Dans les Vosges, les professionnels du tourisme, en particulier dans l'hôtellerie-restauration, espèrent y voir plus clair ce jeudi 28 mai. Le gouvernement doit faire de nouvelles annonces, notamment sur la question de la réouverture des bars et restaurants en "zone rouge". 

Saisonniers cherchent travail désespérément

En attendant, les candidats aux emplois saisonniers continuent de postuler. "Des CV, on en a plein, confirme Hervé Pierrel, directeur d'hôtel des Vallées, à la Bresse. Tous les jeunes qui devaient partir à l'étranger ou dans le Sud, qui n’auront finalement pas de boulot pour l’été, donc des candidatures on en a une dizaine sous le coude". Mais Hervé Pierrel n’est pas certain du tout de pouvoir recruter ses six saisonniers habituels. "Cela va être selon la demande de la clientèle. Je suis persuadé qu’il n’y aura pas de saisonniers cet été, sauf un rebond énorme des touristes. Mais on a cette étiquette de « cluster », de « zone rouge » qui nous porte préjudice."

C’est le grand flou aussi pour les patrons de sites touristiques, comme le parc d’attractions Fraispertuis à Jeanménil. L’an dernier, le gérant Patrice Fleurent avait recruté 480 saisonniers. "Si on arrive à ouvrir le 11 juillet, je rentrerais 200 saisonniers pour cette saison", estime-t-il. Patrice Fleurent qui milite auprès des élus et de son syndicat professionnel pour aider financièrement une partie de ses saisonniers. "Ceux qui sont au chômage d’hiver, qui travaillent pendant six mois durant la saison estivale, ça va être terrible". 

La situation est également compliquée pour les étudiants, qui comptent sur ces petits boulots pour payer les frais de scolarité, le permis, la voiture et les dépenses annexes. C’est le cas de Brian Arnould, Vosgien de 22 ans, qui revient travailler chaque saison au parc d’attractions de Jeanménil. Il se trouve aujourd’hui sans ressource et dans l’expectative."J’arrive à vivre de mes économies, mais c’est vrai que je comptais beaucoup sur Fraispertuis, comme les autres collègues." Dans l’espoir d’être finalement appelé en renfort cet été, Brian Arnould n’a pas postulé ailleurs. Il n’attend qu’une chose ; que ce brouillard se dissipe bientôt et qu’il puisse retrouver son travail de superviseur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess