Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Tourisme : pas de reprise d'activité en vue pour les autocaristes lorrains cet été

Par

Le moral est au plus bas chez les autocaristes lorrains, qui n'ont aucune perspective de reprise de leur activité. Malgré les annonces d'Edouard Philippe le 14 mai pour relancer le tourisme, ils ont bien peur d'avoir été oubliés dans le "plan Marshall" du gouvernement.

En raison de la crise du coronavirus, les autocaristes de la région n'assureront pas non plus la navette des crêtes sur le massif vosgien cette année. En raison de la crise du coronavirus, les autocaristes de la région n'assureront pas non plus la navette des crêtes sur le massif vosgien cette année.
En raison de la crise du coronavirus, les autocaristes de la région n'assureront pas non plus la navette des crêtes sur le massif vosgien cette année. © Radio France - Guillaume Chhum

Si certains professionnels du tourisme lorrains ressentent un léger frémissement depuis les annonces du premier ministre le 14 mai dernier, le carnet de réservations des autocaristes reste désespérément vide. "On n'a aucune activité, au moins jusqu'au mois de juillet, se désespère Stéphane Toussaint, gérant de la société Launoy Tourisme, basée à Rambervillers. Et l'activité est d'autant plus compromise que les restaurants, les fermes-auberges, les musées ou sites touristiques restent toujours fermés." Quant aux colonies de vacances, les devis ont été annulés pour la plupart.

Publicité
Logo France Bleu

Il y aura des autocaristes qui vont déposer le bilan, c'est sûr." - Pascal Marcot de la FNTV

L'activité scolaire, qui reprend doucement depuis le 11 mai, ne permet pas d'amortir le choc. "En Meurthe-et-Moselle, sur trente services scolaires, seule une dizaine circule, mais seulement avec six ou sept élèves. Donc il y a très peu de fréquentation dans les autocars", poursuit le directeur d'exploitation. Si Stéphane Toussaint peut tout de même compter sur ces 4% d'activités, ce n'est pas le cas de toute les sociétés. L'entreprise meurthe-et-mosellane Néodomien, par exemple, dont le siège social est à Neuves-Maison, se concentre uniquement sur le tourisme. "60% de nos clients sont des retraités, et le gouvernement leur a très clairement demandé de rester confinés", expose le patron Sylvain François. Il estime les pertes à plus d'un million d'euros, et n'exclut pas de devoir licencier des employés.

L'année 2020, une "année blanche"

Une option inenvisageable aujourd'hui pour l'autocariste Pascal Marcot, qui est aussi co-président de la Fédération nationale des Transports de Voyageurs dans le Grand est. Depuis le mois de mars, ses chauffeurs sont au chômage partiel. Un dispositif financé par l'Etat... au moins jusqu'au mois de juin. La suite, c'est un gros point d'interrogation. Si le financement de l'activité partielle sera bien garantie jusqu'en septembre pour les entreprises du secteur de l'hôtellerie et de la restauration, quid des autocaristes ? "On parle d'un plan Marshall, d'un plan tourisme, mais à priori les autocars de tourisme ne rentrent pas dans ce créneau, s'inquiète Pascal Marcot. C'est dramatique pour notre profession".

Pascal Marcot estime qu'il faudra attendre la saison prochaine, en mars 2021, pour une reprise de l'activité des autocaristes.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu