Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tourisme : un mois de juillet "catastrophique" dans l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault

Les touristes n'étaient pas au rendez-vous dans le département au mois de juillet, particulièrement sur le littoral. Il y a eu moins de monde dans les campings, sur les plages ou encore dans les restaurants.

Sur les quais de Palavas, les touristes ne se sont pas bousculés au mois de juillet.
Sur les quais de Palavas, les touristes ne se sont pas bousculés au mois de juillet. © Radio France - Manon Vautier-Chollet

Hérault, France

Les touristes ont boudé les campings, les plages et les villes de l'Hérault au mois de juillet. En moyenne, les campings enregistrent une baisse de 15 à 30% de fréquentation dans les campings

C'est le plus mauvais mois de juillet qui n'ai jamais existé. La clientèle n'est pas au rendez-vous."

Pour Philippe Robert, vice-président de la fédération hôtellerie de plein air Languedoc Roussillon et Occitanie, "c'est le plus mauvais mois de juillet qui n'ai jamais existé". Il avance plusieurs raisons : "la clientèle étrangère n'a peut-être pas réservé avec _l'image des crises sociales de cet hiver en France_, et notamment des gilets jaunes". Autres explications possible selon lui, la concurrence des pays méditerranéens comme la Tunisie ou le Maroc, mais aussi la baisse de pouvoir d'achat des français.

Une baisse de fréquentation de 15 à 30% dans les campings

Les magasins de souvenirs, de glace ou encore les société d'activités nautiques souffrent elles d'une baisse de chiffre d'affaire d'au moins 20%. Un mois de juillet _"catastrophique"_pour nombre d'entre eux. Tous espèrent compenser cette baisse de fréquentation et de chiffre d'affaire avec le mois d'août.

Aussi peu de monde sur la plage de l'hôtel de ville à Palavas : improbable. - Radio France
Aussi peu de monde sur la plage de l'hôtel de ville à Palavas : improbable. © Radio France - Manon Vautier-Chollet

Certaines villes tirent quand même leur épingle du jeu. C'est le cas de Sète par exemple, qui surfe sur la série Demain nous appartient, diffusée sur TF1. Les touristes sont nombreux à se presser dans les rues de la ville pour découvrir les coulisses de leur feuilleton préféré.

Choix de la station

France Bleu