Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tourisme : un mois de juillet en demi-teinte en Indre-et-Loire

mercredi 1 août 2018 à 19:22 Par Camille Huppenoire, France Bleu Touraine

Le tourisme accuse une légère baisse sur le mois de juillet en Touraine. Loin d'être catastrophique, ce bilan n'affole pas les professionnels du secteur, qui l'expliquent par une accumulation de facteurs défavorables.

Le Château de Villandry, comme de nombreux sites touristiques, a accusé une légère baisse de fréquentation en juillet.
Le Château de Villandry, comme de nombreux sites touristiques, a accusé une légère baisse de fréquentation en juillet. © Radio France - François Desplans

Indre-et-Loire, France

"Correct", "stable", "pas exceptionnel"...à l'heure de faire un premier bilan du mois de juillet, les professionnels du tourisme en Touraine ne sont pas vraiment enthousiastes. Alors que la saison touristique avait plutôt bien démarré, grâce à un excellent mois de mai et une bonne fréquentation en juin, et que tous les voyants étaient au vert pour les grandes vacances, le mois de juillet s'est révélé décevant, avec une légère baisse dans tous les secteurs d'activité touristique. 

L'Office de Tourisme de Tours Val-de-Loire a ainsi perdu 750 visiteurs par rapport à juillet 2017, "ce qui équivaut à peu près à une journée de fréquentation" explique Christine Deniau, la responsable accueil. Rien d'affolant donc. Même discours du côté du Château de Villandry, où une baisse de 2% de la fréquentation a été observée. Pas assez pour mettre en péril la saison touristique, selon le directeur général Henri Carvallo, pour qui "pour l'instant, c'est une très bonne année. Si août est mauvais, l'année deviendra moyenne." Les plus touchés par le manque de vacanciers sont les hébergements touristiques, surtout les campings, qui n'ont pas fait le plein, notamment sur les longs séjours. 

Un concours de circonstances défavorables

Premier facteur de la morosité du tourisme en juillet : l'équipe de France de football, qui a retenu les visiteurs devant leur télévision ! "Les jours de match, on n'avait pas beaucoup de Français dans le château", Samuel Buchwalder, au Château Royal d'Amboise. De nombreux Français, deux millions sur l'ensemble du territoire selon le cabinet d'experts Protourisme, ont par ailleurs attendu la fin de la Coupe du monde football et la victoire des Bleus pour partir en vacances, ce qui a impacté le secteur touristique durant les deux premières semaines de juillet. 

Autre coupable, la canicule. "Les jours où il a fait très chaud, on a eu un peu moins de monde. Pour les châteaux, les canicules ne sont pas forcément les conditions climatiques les plus favorables, explique Samuel Buchwalder.  Les gens (...) se disent 'on va rester autour de la piscine', et certains vont aller plus facilement au bord de la mer." Contrairement à l'année précédente, le secteur touristique n'a pas non plus bénéficié d'un long week-end pour le 14 juillet, ce qui explique aussi le bilan en demi-teinte.

Les professionnels du secteur restent néanmoins positifs. La clientèle étrangère a bien compensé le retard des Français sur le départ en vacances et le mois d'août, traditionnellement le plus important pour le chiffre d'affaires touristique, devrait être bon.