Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Touristes et voyageurs d'affaires ne sont pas encore revenus dans les hôtels creusois

-
Par , France Bleu Creuse

Les hôteliers creusois sont dans le flou total. Ils n’ont pas été obligés de fermer pendant le confinement, contrairement aux restaurants. Mais depuis deux mois, ils n'ont quasiment aucun client.

La Bonne Auberge à Nouzerines est restée ouverte pendant le confinement.
La Bonne Auberge à Nouzerines est restée ouverte pendant le confinement. © Radio France - Capture d'écran Google maps.

Les hôteliers creusois attendaient impatiemment la fin du confinement. Pourtant, elle n'a pas changé grand chose : depuis le 11 mai, les réservations sont toujours en berne. Au Pommeil, à Guéret, le propriétaire Patrick Longour n’est pas très optimiste : "Pour l'instant, on n'a pas beaucoup de demandes, ce n'est pas très encourageant ! Je pense que ce sera le cas tant que la limite des 100 km ne sera pas levée."

Faute de clients, il a préféré fermer son hôtel pendant le confinement, même s'il n'y était pas obligé. Seuls les restaurants étaient concernés par la fermeture administrative. Le Pommeil rouvrira le 2 juin. Toujours à Guéret, l'hôtel Kyriad a également fermé pendant le confinement, ainsi que le Campanile. Celui-ci prévoit de rouvrir le 25 mai.

Au nord du département, à Nouzerines, La Bonne Auberge n'a pas baissé le rideau. La gérante, Valérie Charpentier, a hébergé quelques ouvriers. Elle espérait que l’activité reparte après le 11 mai, mais ce n’est pas le cas : "Cette semaine, c'est très calme, le téléphone ne sonne pas plus, on ne sent pas que ça redémarre !"

Peu de réservations avant juillet

Au Petit Breuil, à La Courtine, "c'est vide aussi", soupire Annie Plazanet. Pourtant, cette période, avec le pont de l’Ascension en fin de semaine et celui de la Pentecôte fin mai, est très animée d'habitude. "Tout est annulé jusque fin juin, il n'y a pas de touristes, le peu de personnes que j'ai eues pendant le confinement venaient pour les affaires." Plusieurs clients ont néanmoins réservé fin juillet. Valérie Charpentier aussi a eu "quatre appels cette semaine" pour des chambres cet été.

La gérante de La Bonne Auberge anticipe une perte de la moitié de son chiffre d'affaires pour la saison. En attendant le retour des touristes, ses six salariés restent en chômage partiel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess