Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : 500 kits de protections périodiques distribués gratuitement aux étudiantes en précarité menstruelle

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Une distribution gratuite de protections périodiques a eu lieu ce mercredi sur le campus de l'université de Tours pour les étudiantes en état de précarité menstruelles. 1.500 étudiantes n'ont pas les moyens de s'acheter ces protections intimes. Et cela peut avoir des répercussions sur leurs études.

Ces protections périodiques ont été fabriquées spécialement par une entreprise lyonnaise
Ces protections périodiques ont été fabriquées spécialement par une entreprise lyonnaise © Radio France - Denis Guey

Sur le campus de Tours, 500 kits de protections périodiques ont été distribuées gratuitement aux étudiantes ce mercredi, aux Tanneurs, à Grandmont, aux Deux Lions et en médecine. Car à Tours, une étudiante sur 10 souffre de précarité menstruelle c'est-à-dire que 1.500 étudiantes sur 15.000 n'ont pas les moyens de s'acheter de protections périodiques. C'est le résultat d'un sondage local réalisé à l'initiative d'une étudiante tourangelle de 19 ans Alizée Denis. Elle a convaincu l'université d'acheter 500 kits de protections périodiques.

Jordana est étudiante en 3e année de Droit. Elle est venue à la fac des Tanneurs chercher les protections périodiques qu'elle ne peut pas s'acheter, "les serviettes réutilisables achetables sur internet sont chères, environ 30 euros la serviette, je n'ai pas les moyens sur le long terme."

Cette situation touche 1.500 étudiantes tourangelles qui "souvent sont obligées de faire avec les moyens du bord," confie Alizée David. "Des étudiantes vont mettre du papier toilette dans leur culotte, des serviettes de bain découpées, d'autres vont porter un pantalon noir avec le sweet-shirt autour de la taille, elles n'ont pas le choix."

"Il y a aussi beaucoup d'étudiantes qui ne vont pas en cours à cause de çà ce qui pénalise leur vie étudiante et personnelle." Les 500 kits de protections périodiques gratuits proposés sur les quatre sites de l'université sont partis en l'espace de deux heures. Cette étudiante voudrait que cela devienne des produits de première nécessité

Je suis étudiante boursière, on ne devrait pas payer pour des choses dont on a besoin toute notre vie, cela devrait être un besoin de première nécessité 

Ces protections presque 100% coton et garanties sans additif chimique ont été achetées par l'université à une entreprise de Caen qui s'appelle "Dans ma culotte" pour 8.000 euros. Les 500 kits ont été distribués en deux fois, une première distribution avait eu lieu mercredi 2 décembre, c'était donc hier la deuxième. Alizée Denis, l'étudiante à l'origine de l'opération, aimerait bien en organiser une troisième car 500 kits de protections périodiques c'est trois fois moins que le nombre d'étudiantes en précarité sur le campus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess