Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tours : au moins trois policiers et gendarmes proches du burn-out

vendredi 12 avril 2019 à 18:45 Par Yvan Plantey, France Bleu Touraine

D'après David Debono, le secrétaire adjoint du syndicat SGP Police-FO en Touraine, il y aurait au moins deux à trois policiers en détresse à Tours. D'après lui, cette situation serait due à des conditions de travail difficiles et de mauvaises méthodes de management.

Le syndicat SGP Police-Fo dénonce les méthodes managériales de la direction de la sécurité publique en Indre-et-Loire.
Le syndicat SGP Police-Fo dénonce les méthodes managériales de la direction de la sécurité publique en Indre-et-Loire. © Maxppp - BELPRESS

Tours, France

Depuis le début de l'année, ce sont près de 26 policiers et gendarmes qui se sont suicidés en France. Pour l'instant, aucun ne venait d'Indre-et-Loire mais d'après David Debono, le secrétaire départemental adjoint de SGP Police-FO, deux ou trois policiers et gendarmes seraient en proie au burn-out. " Des fonctionnaires de police en souffrance en Touraine : on en a. Et il y a une rotation dans ces personnes, c'est-à-dire que certains s'en sortent mais de nouveaux tombent en détresse psychologique et morale. _"_ 

Il faut prendre conscience de ces problèmes maintenant avant qu'on ait un suicide dans nos rangs - David Debono, le secrétaire départemental adjoint de SGP Police-FO

Pour lui, cette situation s'envenime depuis de nombreux mois à cause de " méthodes managériales de la part de notre directeur départemental de la sécurité publique (Christophe D'Hayer, NDLR), qui reste insensible à cela. C'est une situation que nous avons dénoncée à la préfète d'Indre-et-Loire et nous attendons vraiment que cela change. "

" Il faut prendre conscience de ces problèmes maintenant avant qu'on ait un suicide dans nos rangs. Donc c'est à nous, entre collègues, de se soutenir et de rester vigilants mais c'est surtout à notre direction de faire changer les choses ", conclut le secrétaire du syndicat SGP Police-FO.