Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tours : avec la grève, les commerces du quartier de la gare en difficulté

mardi 17 avril 2018 à 5:37 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine et France Bleu

Deux semaines après le début de la grève des cheminots, les commerçants du quartier de la gare, à Tours, font grise mine. Annulations de réservation, baisse des ventes... Certains commerçants ont perdu jusqu'à 60 % de leur chiffre habituel depuis le début du mouvement social.

Certains commerçants ont perdu 60 % de fréquentation depuis deux semaines.
Certains commerçants ont perdu 60 % de fréquentation depuis deux semaines. © Radio France - Maeva Pailler

Tours, France

Débutée il y tout pile deux semaines, la mobilisation sociale des cheminots commence à se ressentir sur l'activité des commerçants du quartier de la gare. Cette mobilisation entraîne logiquement une baisse des passages dans les commerces du coin : "C'est sûr qu'on a notre carnet de réservations qui est bien vide depuis deux semaines. On a moins 20 % de réservations par rapport à d'habitude.", explique Valérie, du restaurant l'Odéon, place de la gare. 

Jusqu'à -60 % pour certains commerçants 

Certains commerçants sont dans une situation beaucoup plus délicate, comme Nicolas, gérant du Resto'quai : "Des annulations, des reports de réservations. En tout, depuis le début de la grève, on a perdu 60 % de notre fréquentation. D'habitude, on a 65 couverts par jour. Là, on a du mal à atteindre 25. Si cette grève continue longtemps, on va avoir du mal à tenir.

Même chose pour la mythique briocherie de la gare. Même chose pour le Grand Hotel qui dit avoir subi "une vingtaine de réservations annulées depuis le début de la grève". 

Des bons côtés à la grève quand même ? 

Mais tout ne saurait pas être tout noir pour les commerçants. En tout cas pas pour Matthieu, serveur au café Leffe, collé à la gare : "Nous, on reçoit beaucoup de frustrés. Des gens qui sont venus prendre leur train. Mais comme il a trois heures ou quatre heures de retard, ils viennent patienter ici en prenant un café.

Et pour Patrick, gérant du bar-tabac Le Saint-Claude, la grève, c'est même positif : "La grève des cheminots nous apporte une énorme clientèle du covoiturage ou des bus. Et ça, c'est plutôt pas mal en matière de fréquentation.