Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tours : débrayage chez Euro Engineering, une filiale d'Adecco

vendredi 24 novembre 2017 à 15:06 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Débrayage ce matin pendant une heure devant le site d'Euro-Engineering à Tours, une filiale d'Adecco. Une quinzaine de salariés ont participé à cet arrêt de travail, soit la moitié de l'effectif tourangeau, pour demander des revalorisations de salaires.

Une quinzaine de salariés d'Euro-Engeneering
Une quinzaine de salariés d'Euro-Engeneering - CFDT Engineering

Une quinzaine de salariés d'Euro Engineering a débrayé ce matin pendant une heure, dans le cadre des Négociations Annuelles Obligatoires à l'appel de FO, Solidaires, la CFTC et la CFDT. Les syndicats réclament des hausses de salaire générales, et non au cas par cas, après deux années difficiles pour cette filiale d'Adecco, spécialisée dans la recherche de collaborateurs spécialisés pour de grandes entreprises comme SKF, Bosch....

La CFDT réclame notamment 1,5% de hausse générale pour tous les salariés, estimant que l'activité est en forte hausse en 2017, et que les perspectives sont très bonnes pour 2018. Mais pour l'instant la direction refuse catégoriquement. Le site d'Engineering de Tours compte une trentaine de salariés, une cinquantaine en Région Centre Val-de-Loire. Le groupe emploie en France 700 personnes (une centaine a participé au débrayage au niveau national). Les syndicats s'inquiètent aussi d'une éventuelle fusion, avec une autre filiale d'Adecco, Modis. Un regroupement qui pourrait entraîner des économies de personnel.