Économie – Social

Tours : Dix étudiantes logées dans une maison de retraite

Par Adèle Bossard, France Bleu Touraine mardi 30 août 2016 à 18:33

Sept étudiantes sont déjà arrivées à la résidence Georges Courteline, dans le centre-ville de Tours.
Sept étudiantes sont déjà arrivées à la résidence Georges Courteline, dans le centre-ville de Tours. © Radio France - Adèle Bossard

Une résidence étudiante au beau milieu... d'une maison de retraite. C'est une expérience inédite en France, à Tours dans la résidence Georges Courteline. La direction a aménagé un étage entier pour 10 jeunes femmes qui commencent leurs études.

Tout le monde est installé sur des chaises à l'entrée de la maison de retraite, en attendant l'heure du dîner. Les résidents et leurs nouvelles jeunes locatrices ont encore un peu de mal à vaincre la timidité. Les étudiantes sont arrivées il y a seulement quelques jours. Parmi elles, Safia, étudiante en première année de médecine : "Je ne voulais pas habiter toute seule, me retrouver devant un mur tous les soirs. Au moins ici, je vois des gens, je peux discuter, partager un sourire".

Les personnes âgées, elles, observent... Elles accueillent plutôt bien ces nouvelles voisines de palier. Irène et Micheline espèrent partager des jeux, des discussions, pourquoi pas du chant ou des balades dans le parc. "Ca nous donne un coup de pouce de côtoyer la jeunesse", se réjouit déjà Micheline.

L'une des chambres des étudiantes, au septième étage de la résidence. - Radio France
L'une des chambres des étudiantes, au septième étage de la résidence. © Radio France - Adèle Bossard

Les étudiantes, uniquement des filles dans le secteur du médico-social, occupent un étage entier. Elles disposent de 500 mètres carrés, avec salon, salle à manger, et même salle de révision. Le loyer est très faible pour le centre-ville de Tours : 250 à 275 euros pour une chambre de près de 20 mètres carrés avec un balcon.

Le salon aménagé pour les étudiantes, au septième étage.  - Radio France
Le salon aménagé pour les étudiantes, au septième étage. © Radio France - Adèle Bossard

Seule contrepartie : donner deux heures de son temps par semaine. Audrey et Safia étaient un peu frileuses, au premier abord. "Finalement, deux heures c'est assez peu : on peut aider au service du repas, ça prend une heure trente, ça passe très vite et on a déjà quasiment fait notre côté", relativise Audrey.

Quelques jours seulement après leur arrivée, Audrey et Safia se voient déjà rester ici plusieurs années. Le directeur de la résidence, Emmanuel de Kerhor, lui, aimerait bien que les locatrices changent tous les ans, pour laisser de la place à tout le monde. Il sait que cette initiative peut plaire, autant aux étudiantes qu'aux personnes âgées :

"Les personnes âgées sont curieuses et dans l'attente de discuter et d'échanger avec d'autres générations" Emmanuel de Kerhor, directeur de la résidence Georges Courteline à Tours

Il reste encore 3 chambres à prendre dans cette résidence pour cette rentrée 2016.

Partager sur :