Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : la nouvelle municipalité ne conserve pas le projet de cuisine centrale et en propose un nouveau

-
Par , France Bleu Touraine

À Tours, le projet de cuisine centrale lancé par l'ancien maire est stoppé par la nouvelle équipe municipale. Un projet qui aurait coûté entre 17 et 21 millions d'euros pour nourrir à la fois les cantines et deux centres hospitaliers. La municipalité veut uniquement se concentrer sur les élèves.

(Illustration). Le nouveau projet de cuisine centrale à Tours devrait être livré dans les mêmes délais, à savoir en 2023.
(Illustration). Le nouveau projet de cuisine centrale à Tours devrait être livré dans les mêmes délais, à savoir en 2023. © Maxppp - Rémy Dissoubray

La construction de la future cuisine centrale à Tours n'aura pas lieu telle qu'elle avait été présentée l'an dernier en conseil municipal. La décision vient de la nouvelle municipalité tourangelle qui ne souhaite pas que la nouvelle cuisine centrale prépare pour les centres hospitaliers de Tours et de Loches en plus de ceux pour les élèves de maternelle et primaire.

Le projet devait aboutir en 2023 avec la construction d'un bâtiment flambant neuf de 4 000 m², pour un coût estimé entre 17 et 21 millions d'euros. Pour le financer, la ville aurait partagé la facture avec les hôpitaux. Avec deux hôpitaux à nourrir, le nombre de repas aurait explosé passant d'un million et demi à près de quatre millions par an. Une véritable usine dont la nouvelle municipalité ne veut pas.

Faire à manger mais aussi de la pédagogie

Elle ne souhaite pas non plus que le site initialement choisi pour le projet soit implanté vers l'hôpital Trousseau. Pour autant, il y aura bien une nouvelle cuisine centrale à Tours, et dans les mêmes délais que ceux annoncés au départ. La municipalité veut un lieu qui peut accueillir des écoles ou des centres sociaux car l'objectif affiché par l'adjointe en charge du projet, Alice Wanneroy, c'est de faire également de la pédagogie.

Concernant les 8 000 repas qui seront proposés chaque jour aux écoliers, la patte écologiste se fait sentir. Elle souhaite davantage de repas bio, végétariens et qui privilégient les circuits courts. Il aurait été compliqué, note l'élue, de "faire de la nourriture un outil pédagogique comme ce que nous allons faire, tout en ayant aussi des hôpitaux à nourrir".

Que faire de l'ancienne cuisine centrale ?

Ce n'est pas nouveau, le bâtiment construit en 1976 dans le quartier des Fontaines est vétuste et il ne répond plus aux normes actuelles. "On n'a clairement pas envie que ça devienne une friche", répond Alice Wanneroy. Elle est en partie amiantée, précise-t-elle, mais la municipalité serait tiraillée entre une rénovation pour en faire un espace de vie pour les habitants du quartier ou une destruction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess