Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tours : les boulangeries jettent leur pain en fin de journée

mardi 29 mai 2018 à 6:18 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Les boulangeries tourangelles sont pour la plupart dans l'obligation de mettre à la poubelle leur pain invendu à la fin de la journée. Même si elles aimeraient donner aux gens dans le besoin, elles concèdent que les relations avec les associations sont compliquées. Reportage à Tours.

Les boulangeries tourangelles jettent chaque soir des dizaines de baguettes.
Les boulangeries tourangelles jettent chaque soir des dizaines de baguettes. © Maxppp - Alexis Christiaen

Tours, France

Les boulangeries seraient-elles les championnes du gaspillage alimentaire ? Question provocatrice certes mais pas si éloignée d'une certaine réalité. Depuis deux années, une loi antigaspillage a été mise en place, mais elle ne concerne que les grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés. Rien n'oblige donc les petits artisans boulangers à jeter leur surplus de pain à la poubelle. Et cela concerne évidemment les boulangeries tourangelles... 

"Bien sûr que ça nous fait du mal de jeter le fruit de notre travail à la poubelle... On s'y habitue jamais..." Philippe Desile, président de la chambre des maîtres boulangers de Touraine. 

Christine* est boulangère place du monstre. Chaque soir ou presque, à la fermeture du magasin, elle se rend aux poubelles de la place avec un sac rempli de miches de pain : "Un sac, c'est pas grand chose pour nous.", commence t-elle. "Avant de jeter, je regarde sur la place s'il n'y a pas une personne dans le besoin. J'aimerais donner ça, mais bon..." On lui demande pourquoi elle n'en fait pas don aux associations : "Les associations sont déjà passées dans mon magasin pour qu'on organise quelque chose. J'ai dit qu'elles peuvent bien entendu passer récupérer le pain le soir. Mais je ne les vois jamais. Moi à 20h, je ferme, je vais pas leur courir après.

Philippe Desile, lui, est boulanger rue de la Fuye. Mais il est surtout le président de la chambre des maîtres boulangers de Touraine. Lui aussi, il est obligé de jeter pratiquement tous les jours. Il se rappelle même d'un jour où il a jeté 100 baguettes : "Bien sûr que ça fait mal de jeter le fruit de notre travail à la poubelle... On ne s'y habitue jamais... Après oui, il y a des solutions pour redonner le pain. Mais ça m'est arrivé plein de fois, où les associations n'en voulaient pas car elles en avaient déjà trop. Et ça, c'est un deuxième coup de massue... Vous savez qu'il y a des gens qui galèrent pour manger donc bon...

Les associations conscientes du problème 

"Nous n'avons ni le temps, ni les bénévoles pour passer dans toutes les boulangeries.", explique Laure, responsable des maraudes à l'Entraide Ouvrière d'Indre-et-Loire. "Et puis nous, nous passons à la boulangerie de la gare pour récupérer les invendus. Et ça nous suffit largement pour redistribuer aux gens dans la rue." 

Domique Cochard est lui président de la Banque alimentaire en Touraine : "C'est vrai qu'il y a un énorme problème de gaspillage dans les boulangeries... Ce qu'il faudrait, c'est déjà qu'elles produisent moins, ça leur éviterait de jeter le soir. Mais une fois qu'on a dit ça, on n'a pas réglé le problème...