Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Tours : les consommateurs furieux contre la prochaine hausse des produits de marque en grandes surfaces

jeudi 31 janvier 2019 à 6:00 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

A partir de ce vendredi 1er février, la loi Alimentation signée en octobre 2018 à l'issue des Etats Généraux de l'Alimentation va entraîner la hausse de plusieurs dizaines, voire centaines de produits de marque vendus dans les rayons des grandes surfaces. Chez les consommateurs, c'est la grogne.

L'huile d'olive ferait partie des produits alimentaire qui vont augmenter ce 1er février
L'huile d'olive ferait partie des produits alimentaire qui vont augmenter ce 1er février © Maxppp - Christian Watier

Indre-et-Loire, France

Ce vendredi 1er février, jetez un œil très attentif aux prix des produits que vous allez acheter dans votre grande surface. Des dizaines, voire des centaines de produits alimentaires vont augmenter dans des proportions considérables: + 8, + 5 ou + 6%. C'est le résultat de la loi Alimentation qui entre en application ce vendredi. Cette loi oblige les grandes surfaces à mieux rémunérer les produits frais achetés aux agriculteurs et pour cela, elle leur donne le droit d'accroître de 10% leurs marges sur des produits alimentaires de marque. Cette marge, issue du seuil de revente à perte, devra être répercutée auprès des agriculteurs. Cela part d'une bonne intention, le problème c'est que les prix vont exploser. Sur le parking du magasin Carrefour des Atlantes à Tours, même si certains comprennent qu'il faut défendre le revenu des agriculteurs, nous n'avons rencontré que des consommateurs furieux.

Cela fait très longtemps que les grandes surfaces auraient dû rétribuer à leur juste prix les agriculteurs, pas besoin pour cela d'augmenter les prix des produits avec les profits qu'elles font déjà. 

Nous les consommateurs, on est pris au piège comme d'habitude. On n'aura pas le choix. Résultat, on ne va plus acheter ces produits ou on va changer nos habitudes de consommation.

Je dis que tout çà c'est de l'escroquerie! On fait payer ceux qui n'ont pas d'argent pour engraisser ceux qui en ont beaucoup! Cela fait des années que j'entends que les agriculteurs vont gagner un peu plus. Où est-ce que vous avez vu çà?

Des agriculteurs mieux rémunérés par la grande distribution grâce à des marges supérieures et donc à des prix alimentaires qui explosent de 5, 6 ou 8%. Il y a de quoi se poser des questions sur cette loi Alimentation qui risque de "monter" les consommateurs contre les agriculteurs. Cette loi donne en effet vraiment l'impression que l'Etat prend d'une main ce qu'il donne de l'autre. Il force la grande distribution à mieux payer les produits agricoles et pour cela l'oblige à accroître ses marges de 10% sur des produits comme la pâte à tartiner, le jus d'orange, les spaghettis ou l'huile.

A l'UFC Que Choisir 37, on tente d'apaiser la colère des consommateurs en expliquant que l'augmentation des marges de ces produits doit en principe bénéficier au revenu des agriculteurs

C'est effectivement destiné à mieux rémunérer les produits agricoles bruts ou transformés. Mais dans les faits, on ne croit pas du tout que cela se passera comme çà. Parce qu'aujourd'hui il n'y a pas de contrôle et de vérification réelle de la redistribution entre les producteurs et les distributeurs. Et donc on craint que ces 10% n'aillent pas dans les poches au bon endroit ! -Jean Vernet, UFC Que Choisir 37

Les grandes surfaces tourangelles refusent de répondre à cette interrogation. On sait juste que certaines d'entre elles pourraient diminuer les prix des produits de marque distributeurs afin de répondre à la colère des consommateurs.