Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : les patrons de discothèques se mobilisent devant la préfecture pour rouvrir leur établissement

-
Par , France Bleu Touraine

Une centaine de gérants de discothèques étaient réunis devant la préfecture d'Indre-et-Loire, ce mercredi après-midi. Ils veulent rouvrir avant le 10 juillet et demandent à l'État de les indemniser. Ils ont été reçus par le directeur de cabinet de la préfète.

Une centaine de patrons de discothèques rassemblés à Tours, devant la préfecture, pour demander l'aide de l'Etat.
Une centaine de patrons de discothèques rassemblés à Tours, devant la préfecture, pour demander l'aide de l'Etat. © Radio France - Yvan Plantey

"On est les oubliés du déconfinement. Pourquoi sommes-nous les seuls à n'avoir pas rouvert nos établissements ?", s'interrogent les gérants présents sur le parvis de la préfecture d'Indre-et-Loire. Une centaine d'entre eux accompagnés de leurs employés étaient, ce mercredi après-midi, à la Préfecture. D'abord pour se rassembler mais quatre d'entre eux sont allés discuter avec le directeur de cabinet de la préfète. Ils souhaitent deux choses : une réouverture rapide, car la période estivale bat son plein, mais surtout être indemnisés par l'État concernant les dépenses liées à l'arrêt de leur activité.

Vous connaissez quelqu'un qui peut survivre sans dégager de salaire pendant quatre mois ? 

En Indre-et-Loire, on compte une vingtaine de discothèques et autant de gérants. Nicolas Brouant, le patron du Végas, à La-Croix-en-Touraine, pose une question rhétorique : "Vous connaissez quelqu'un qui peut survivre sans dégager de salaire pendant quatre mois ? C'est absolument infaisable." À côté de lui, le directeur de l'Excalibur à Tours, Hervé Goarnisson, détaille sa situation financière. Il a perdu 100.000 euros à cause de la fermeture liée au confinement qui a été imposé par le Covid-19. "J'ai un ou deux mois d'avance mais pas plus. Ne sachant pas quand je vais rouvrir, je ne vais pas réinvestir ou prendre un prêt garanti de l'Etat sans avoir d'objectif ou de calendrier de réouverture", peste-t-il.

Les quatre personnes reçues à la préfecture sont ressortis déçues. "On ne nous écoute toujours pas", ont-elles expliqué, contrairement à l'Umih, le principal syndicat de l'hôtellerie-restauration, suite à une réunion interministérielle, ce mercredi soir. L'Umih souhaite une réouverture, au plus tard, le vendredi 10 juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess