Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : les syndicats en tête de cortège, les gilets jaunes ferment le défilé

-
Par , France Bleu Touraine

Plus de 1500 personnes ont défilé dans les rues de Tours mardi 5 février à l'appel principalement de la CGT mais participaient aussi la FSU ou encore Force Ouvrière et Lutte Ouvrière suivies par un cortège de près de 200 gilets jaunes.

défilé des syndicats et gilets jaunes dans les rues de Tours
défilé des syndicats et gilets jaunes dans les rues de Tours © Radio France - Marie-Ange Lescure

Tous répondaient à une mobilisation nationale dans la rue contre la politique du gouvernement à l'appel notamment de la CGT. 

Comme à chaque défilé de la CGT, les cheminots étaient en nombre, suivis par les hospitaliers, des enseignants, des fonctionnaires territoriaux et quelques salariés du privé.

Côté revendications, on retrouvait celles portées depuis des semaines par les gilets jaunes  : plus de justice fiscale, une meilleure répartition de l'impôt ou encore une hausse du SMIC et des salaires décents.

Plutôt la manifestation que le Grand débat 

Dans le défilé, chez les syndiqués et les militants, pas question d'abandonner la rue  au profit du Grand débat :"Je suis syndicaliste, donc tout ce qui est référendum et concertation, je suis pas trop d'accord" explique Catherine "je crois beaucoup plus aux actions des syndicats". D'ailleurs insiste Nathalie, elle aussi-syndiquée "la seule arme des travailleurs et des mouvements ouvriers, c'est la manifestation et la grève" et d'ajouter qu'en tant que syndicaliste "il n'est pas question d'aller se dissoudre dans un mouvement qui se prétend apolitique". Yolande tempère le propos et reconnait que le mouvement des gilets jaunes a "donné un peu d’oxygène à tous ces défilés qui n'aboutissent pas et je pense" dit-elle "qu'il est important que l'on soit ensemble". 

Les syndicats en tête de cortège et les gilets jaunes ferment le défilé 

Ils étaient bien quelques uns éparpillés dans le défilé des syndicats vêtus de leur gilet jaune mais le gros des troupes se tenaient à distance de la fin du cortège syndical.

Une présence diversement appréciée par les syndiqués et les militants mais qui reconnaissent que c'est "leur mouvement né le 17 novembre qui a servi de révélateur à la colère déjà existante".   

Frédéric défile avec son gilet jaune en fin de cortège : "on a voulu marquer qu'on était sur une convergence de luttes, les gilets jaunes sont avec les syndicats" insiste-t-il contre un adversaire commun : "la grande finance et ce gouvernement qui est aux ordres de la finance." 

Quant au Grand débat voulu par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des gilets jaunes, pour Frédéric :"c'est une mesure faite une nouvelle fois pour ne pas écouter les revendications des gens qui sont dans la rue." 

Le temps d'un défilé dans les rues de Tours, syndicats et gilets jaunes ont presque marché d'un même pas sans pour autant faire tomber la défiance entre les uns et les autres

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu