Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tours : faible succès du premier dimanche d'ouverture des boutiques deux semaines avant Noël

dimanche 9 décembre 2018 à 23:29 Par Armêl Balogog, France Bleu Touraine

Ce dimanche 9 décembre est le premier des trois dimanches avant Noël pendant lesquels les commerces peuvent ouvrir. Mais à Tours, les clients n'étaient pas au rendez-vous, selon les commerçants.

Les commerces sont ouverts le dimanche avant Noël dans le centre-ville de Tours
Les commerces sont ouverts le dimanche avant Noël dans le centre-ville de Tours © Radio France - Armêl Balogog

Tours, France

Les commerçants ont différentes façons pour le dire. "C'est plutôt calme", dit Suzanne Potier, la responsable de la Bulle Verte. "On n'a personne", tranche une vendeuse de chaussure. Leurs boutiques étaient ouvertes dimanche 9 décembre, premier des trois dimanches d'ouverture avant Noël.

Les commerçants espèrent pourtant pouvoir compenser leurs pertes de chiffres d'affaires des samedis, jours de manifestation des gilets jaunes dans le centre-ville de Tours.

Trop peu de clients

"Il n'y a personne !", répète la vendeuse de chaussure, "nous, on vient travailler le dimanche, on aimerait bien qu'il y ait du monde. Moi, si je viens un dimanche c'est pour bosser, pour vendre. Mais là, c'est difficile. Là, je serais mieux chez moi".

Dans les rues, les badauds se promènent surtout sur la rue Nationale et la rue de Bordeaux, mais les indépendants, parfois installés dans d'autres rues, n'y trouvent pas leur compte. "Aujourd'hui, les clients sont timides", commente la responsable d'une boutique de décoration.

Les dimanches pour compenser les samedis de manifestation

Pourtant, les commerçants comptent sur l'ouverture le dimanche pour "faire leur chiffre", car ils ont perdu beaucoup de clientèle le samedi, en raison des manifestations des gilets jaunes dans le centre-ville de Tours. 

"Avec les événements, peut-être que les gens ont encore un petit peu peur", dit une commerçante. "Avec les manifestations qu'il y a eu, on a un manque à gagner, donc les dimanches, c'est d'autant plus important pour nous", ajoute une autre.

"Les revendications sont justes mais nous on ne travaille plus le samedi, alors que c'est notre plus gros jour de la semaine normalement", renchérit Ousmane Baba, vendeur de vêtements de sport.

Les commerces du centre-ville vont mourir. – Ousmane Baba

Rue de Bordeaux, la boutique de vêtement de sport Ad9 Store est situé sur ou du près du trajet des manifestations, selon les samedis. Son responsable, Ousmane Baba, dit avoir pris soin blessés pendant les affrontements. Il a reçu des gaz lacrymogène dans son magasin. Chaque samedi, il perd "75 % de son chiffre d'affaires habituel".

"Il faut faire revenir les gens en centre-ville, chose qui ne va pas être facile. Mais, je pense que l'ouverture le dimanche dans le calme et la sérénité, ça fait du bien, espère-t-il, inquiet. On a bon espoir de récupérer les gens le dimanche, qu'ils viennent aider les commerçants à survivre, parce que sinon les commerces du centre-ville vont mourir et il ne faudra pas se plaindre."

Encore deux dimanches

Les commerçants parient sur les deux prochains dimanches pour avoir davantage de clientèle. "Je pense que ce sera plus dimanche prochain et celui d'après, juste avant, Noël où là, ça va être des grosses journées", espère Suzanne Potier.

"Je pense que les deux d'avant Noël, c'est largement suffisant", estime la vendeuse de chaussures qui regrette que de nombreuses boutiques soient restées fermées ce dimanche alors que la sienne était ouverte. "C'est soit tout le monde, soit personne."