Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : un job dating pour relancer le secteur de l'hôtellerie-restauration

-
Par , France Bleu Touraine

Maintenant qu’ils sont rouverts, les restaurants, bars ou hôtels ont besoin de main d’œuvre, d’autant plus qu’après six mois et demi de fermeture, certains de leurs salariés se sont décidés à quitter le métier. D'où ce job dating organisé, ce lundi 31 mai, au CFA de Tours-Nord.

Les candidats se succèdent face aux recruteurs pour des entretiens de 10 minutes.
Les candidats se succèdent face aux recruteurs pour des entretiens de 10 minutes. © Radio France - Adrien Bossard

Comme il en a pris l'habitude depuis quelques années, le CFA (Centre de formation des apprentis) de Tours-Nord a organisé un job dating pour le secteur de l'hôtellerie-restauration, ce lundi 31 mai. 

Dans le contexte actuel, à l'heure où les bars, restaurants et hôtels retrouvent leurs clients après six mois et demi de fermeture, ces mini-entretiens de 10 minutes maximum revêtent un caractère encore plus important que d'habitude, car la filière est en pénurie de main d'oeuvre. 

Parmi les 28 candidats présents pour ce job dating, Noella, elle, veut persévérer. Serveuse dans un bar, elle veut passer en cuisine et cherche une formation d'un ou deux ans. Les six mois et demi de chômage partiel, dont elle sort tout juste, ne la dégoûte pas du milieu. "On fait avec, comme tout le monde. Dés lors que l'on aime quelque chose, il faut y aller à fond. Il suffit simplement de trouver sa voie. Je préfère vivre de ma passion plutôt que de faire un métier que je n'aime pas !"

Ceux que nous avons perdu, ce sont les 20-28 ans qui commençaient à devenir autonomes et formés

Et comme elle connait les horaires décalés, les heures supplémentaires "pas toujours payées" qui peuvent en rebuter certains, Noella trouvera facilement ce qu'elle souhaite. Elle aura même l’embarras du choix. L’hôtellerie-restauration pâtit énormément de la crise sanitaire. Un peu plus de 140.000 salariés ont quitté le secteur depuis mars 2020. "Cela représente 12% de la masse salariale globale dans nos métiers et c'est une énorme perte en terme de savoir-faire", regrette Pascal Blaszczyk, le patron du restaurant Leonard de Vinci à Tours, l'une des 11 entreprises présentes au job dating.

"Ceux que nous avons perdu, ce sont les 20-28 ans qui commençaient à devenir autonomes et formés, qui commençaient à prendre des postes d'encadrement, ils ont voulu faire autre chose et on peut le comprendre, poursuit-il. Mais derrière, il faut reformer des jeunes pour combler ce vide." Pascal Blaszczyk estime qu'il faudratrois ans pour retrouver le niveau d'avant la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess