Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Tous Apprentis

Tous apprentis : Benoît Hugelé, patron de Hutchinson à Roubaix "On oublie l'intelligence gestuelle en France"

lundi 28 mai 2018 à 3:33 Par Véronique Houdan, France Bleu Nord

Recruter des apprentis peut se révéler difficile quand il s'agit de certains postes où le geste est important. Pour Benoît Hugelé : "L'intelligence se travaille par plein de choses. On oublie souvent l'intelligence gestuelle."

Benoît Hugelé, patron du site Hutchinson à Roubaix : "On oublie l'intelligence gestuelle"
Benoît Hugelé, patron du site Hutchinson à Roubaix : "On oublie l'intelligence gestuelle" © Radio France - Véronique Houdan

Roubaix, France

Benoît Hugelé est le directeur du site Hutchinson de Roubaix. Hutchinson est un des leaders au niveau mondial du caoutchouc. A Roubaix, depuis 145 ans, le site fabrique des pièces industrielles qui vont de quelques centimètres à des pièces immenses pesant jusqu'à une tonne.
Ici, tout se fait à la main, ce qui permet une adaptabilité rapide aux besoins des clients.

Sur une centaine de personnes, nous avons tous les ans, entre 6 à 8 personnes dans une logique d'apprentissage . 

L'entreprise fait appel à des apprentis dans plusieurs domaines.  Dans le domaine de la mécanique, "Le joint français" fait appel à des écoles d'ingénieurs. Chaque année 2  à 4 apprentis sont ainsi recrutés.  L'entreprise n'a pas de souci pour en trouver.

Par contre, pour les opérateurs purs, il est très difficile de trouver des apprentis. Un regroupement de caoutchoutiers dans le Nord a fait appel à l'ADEFA. C'est ainsi que le site essaie de recruter chaque année deux apprentis opérateurs. "Quand ils arrivent à la fin de l'année, si tout va bien, nous essayons de _les embaucher_. Cette année nous avons essayé d'avoir deux apprentis mais nous n'en n'avons trouvé qu'un seul."

L'entreprise recrute aussi des apprentis en chimie mais aussi en BTS secrétariat, achats, technico-commercial. Il y a également des apprentis en maintenance qui travaillent sur la sécurisation du travail.

Pour Benoît Hugelé, s'il est plus difficile de trouver des apprentis opérateurs que des apprentis ingénieurs, c'est parce que _"toutes les formations post-bac poussent à aller très vite sur le terrain, à aller en entreprise."  _Alors que pour les opérateurs, ce n'est pas le cas. "Personne,  en collège ou au lycée, va dire à quelqu'un : 'demain tu seras opérateur terrain.'"

Une intelligence gestuelle, on ne la vend pas dans les écoles et on ne la trouve pas quand on cherche des apprentis.

Ce combat en faveur de cette intelligence du geste, le patron d'Hutchinson à Roubaix le défend ardemment. Les soufflets d'interconnexion qui équipent le métro à Paris sont fabriqués ici, à la main : "C'est du geste. C'est un opérateur, avec sa gestuelle, qui a permis de faire cette pièce-là."