Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Tous Apprentis

VIDEO - Tous apprentis : dans le vignoble alsacien, il y a des places à prendre

lundi 28 mai 2018 à 3:03 Par Blandine Costentin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

France Bleu et France 3 organisent lundi 28 mai une journée consacrée à l'apprentissage : "Tous apprentis". En Alsace, la viticulture recrute, mais de nombreuses places restent vacantes, alors que le taux d'embauche est de 75%.

Jean-Yves Ehrhart, viticulteur et coopérateur administrateur à la Cave de Turckheim.
Jean-Yves Ehrhart, viticulteur et coopérateur administrateur à la Cave de Turckheim. © Radio France - Blandine Costentin

Turckheim, France

En cette mi-mai, Jean-Yves Ehrhart, viticulteur et membre administrateur de la Cave de Turckheim, surveille la floraison dans ses 11 hectares de vigne. En compagnie de son apprenti, il travaille au palissage de la vigne, c'est-à-dire qu'ils l'accrochent à des fils pour qu'elle pousse harmonieusement. Depuis l'an dernier, Jean-Yves Ehrhart travaille avec ce jeune de 21 ans, en formation au CFA agricole de Rouffach dans le Haut-Rhin : "Sans lui, je serais seul, à part les saisonniers".

Le viticulteur a repris l'exploitation familiale en 2005 et il est fier de représenter la troisième génération dans ce métier. Pourtant, ce n'était pas une évidence au départ. Et il constate que les métiers de la vigne et du vin n'attirent pas assez de jeunes par rapport au potentiel de recrutement.

Pauline Amet est chargée du développement de l'apprentissage pour les CFA agricoles du Bas et du Haut-Rhin. Chaque année, une quarantaine d'offres d'apprentissage ne sont pas pourvues. Le secteur recrute pourtant, du CAP au BTS, de 15 à 30 ans. "On a de plus en plus d'apprentis mais ça ne couvre pas les besoins", reconnaît-elle.

Un métier physique mais la technologie se développe

Pour convaincre, il faut d'abord balayer l'idée selon laquelle le milieu serait réservé aux filles et fils de viticulteurs. "C'est un domaine qui s'ouvre", explique Pauline Amet, "les patrons recherchent juste des jeunes motivés, compétents et ponctuels". Ensuite, les métiers de la vigne rencontrent les mêmes réticences que les autres activités artisanales. "C'est dur ? Est-ce que c'est bien payé ?", lui demandent les élèves lorsqu'elle fait le tour des collèges et des lycées. Il y a aussi la question de la mobilité, puisque les exploitations ne sont pas en ville.

L'aspect physique du métier effraie. "Les jeunes recherchent plus des métiers d'intérieur", constate Jean-Yves Ehrhart, "où l'on n'a pas les mains sales ou mouillées, où l'on n'a pas à craindre la chaleur ou le froid". Cependant, les développements de la technologie rendent le métier moins dur et plus attractif. On a "des tracteurs qui roulent tout seuls, des drones pour surveillent l'état de la vigne et les dégâts de gibier" décrit le viticulteur.

Au-delà du travail dans les vignes, d'autres aspect, comme la vinification, le travail en cave ou la commercialisation présentent des aspects plus séduisants. 

Chez nous, il n'y a pas de chômage, on a toujours du travail" - Jean-Yves Ehrhart, viticulteur

L'argument ultime, mais pas suffisant apparemment : les débouchés. "Chez nous, il n'y a pas de chômage, on a toujours du travail" proclame Jean-Yves Ehrhart. Pauline Amet confirme un taux d'embauche élevé à la sortie du CFA, de l'ordre de 75%.

A VOIR - VIDEO - Tous apprentis : "Dans l'apprentissage, le service et le savoir-faire sont valorisés"