Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Tous Apprentis

Tous Apprentis - Muriel Pénicaud sur France Bleu : "Le meilleur taux d'insertion dans l'emploi, c'est l'apprentissage"

lundi 28 mai 2018 à 14:11 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

A la veille de l'examen de la réforme de la formation professionnelle à l'Assemblée nationale, France Bleu et France 3 organisent ce lundi une journée "Tous Apprentis". La ministre du travail Muriel Pénicaud était l'invitée de France Bleu ce lundi.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, invitée de France bleu ce lundi.
La ministre du Travail Muriel Pénicaud, invitée de France bleu ce lundi. © Radio France - Maxence Petitjean

A l’occasion de la journée spéciale "Tous Apprentis", les 44 stations du réseau France Bleu et les 24  antennes régionales de France 3 consacrent une journée découverte à cette filière qui connaît un succès grandissant auprès des 16-25 ans. La ministre du travail Muriel Pénicaud était l'invitée de France Bleu ce lundi. Le projet de loi "avenir professionnel", qui contient une réforme de l'apprentissage, sera examiné en commission des Affaires sociales à l'Assemblée nationale à compter du 29 mai. 

Une aide de 500 euros au permis de conduire 

La ministre Muriel Pénicaud a d'abord rappelé que le gouvernement prévoyait une réforme ambitieuse pour l'apprentissage : "Il y aura dix mesures pour les jeunes, et dix mesures pour les entreprises", a-t-elle résumé. "Aujourd'hui, c'est compliqué pour les jeunes de trouver une entreprise. C'est compliqué de pouvoir être mobile, alors on va donner une aide de 500 euros pour les jeunes apprentis qui passent le permis de conduire", a-t-elle rappelé. 

L'âge limite relevé à 30 ans

Autre mesure, "la possibilité d'entrer dans un parcours d'apprentissage toute l'année", a détaillé la ministre. "Parfois, des jeunes trouvent leur entreprise en janvier, mais on leur dit d'attendre jusqu'à septembre. Ça ne peut pas marcher." Le gouvernement veut aussi un apprentissage "sur mesure, en fonction du parcours de la personne". Il sera désormais possible de devenir apprenti jusqu'à l'âge de 30 ans. "Quelquefois, on trouve sa voie plus tard", a justifié Muriel Pénicaud. "L'apprentissage, c'est un formidable tremplin vers l'emploi, du CAP à l'ingénieur : 7 jeunes sur 10 ont un emploi en CDI après". Pour l'instant, sept régions testent déjà le relèvement de l'âge limite à 30 ans :la Bretagne, la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val-de-Loire, le Grand-Est, les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et les Pays-de-la-Loire.

L'industrie s'engage à ouvrir 40% de places en plus

Pour la ministre, "il ne faut pas opposer les voies : on peut faire un faire un CAP, mais aussi un BTS en apprentissage, un cursus ds le supérieur. Et la réforme va permettre des cursus d'apprentissage plus faciles dans le supérieur. La France recrute, l'industrie recrute. Il y a des possiblités qui n'existaient pas il y a cinq ou dix ans. L'industrie s'est engagée à ouvrir 40 % de places en plus. Il y a des métiers passionnants sur le numérique, sur la transition écologique, il ne faut rien s'interdire", a-t-elle détaillé.

"Le meilleur taux d'insertion dans l'emploi, c'est l'apprentissage"

Interrogée sur la manière de revaloriser l'apprentissage, Muriel Pénicaud a estimé qu'il "ne s'agit même pas de revaloriser la filière, mais de regarder la réalité : le meilleur taux d'insertion, c'est l'apprentissage." La ministre assure que le gouvernement "est en train de lever les freins" pour permettre à davantage d'entreprises et de jeunes d'entrer dans ces filières. "Un jeune sur quatre créé ou reprend une entreprise après. C'est l'avenir de l'artisanat, l'avenir de l'industrie."

Des aides simplifiées, le financement garanti par la loi 

"Demain, l'apprentissage, ce sera une aide pour les entreprises, alors qu'aujourd'hui c'est quatre aides différentes,c'est très compliqué, a-t-elle précisé. "On crée de l'emploi en France, beaucoup de jeunes et familles se rendent comptent que c'est le bon moment."

La ministre a également assuré que la totalité de la taxe sur l'apprentissage reviendra au secteur. "Aujourd'hui, on a seulement  80% de la taxe qui va a l'apprentissage. Ça va changer, désormais, tout le produit de la taxe va y aller". La loi va garantir le financement de l'apprentissage, a assuré Muriel Pénicaud. "Avec cette réforme, les Maisons familiales rurales vont pouvoir se développer. On a les moyens de développer l'apprentissage partout, en zone rurale et dans les quartiers défavorisés, et on va vérifier que ça marche , a-t-elle dit.

Rapprocher l'offre et la demande 

Interrogée sur la difficulté pour certains jeunes de trouver une entreprise dans leur région, la ministre a par ailleurs estimé qu'il fallait "rapprocher l'offre et la demande. Qu'on aide les jeunes, via une plateforme,  à trouver la bonne adresse, l’entrepreneur qui est prêt à prendre un jeune." 

>>Retrouvez l'intégralité de l'interview de Muriel Pénicaud : 

  - Visactu
© Visactu