Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Tous Apprentis

VIDÉO - Tous apprentis en Lorraine : "Un jeune avec un CAP pourra être chef d’entreprise dès l’âge de 30 ans"

lundi 28 mai 2018 à 3:43 Par Rachel Noël, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Le boulanger de Metz, Henri Lemoine est un fervent défenseur de la filière de l’apprentissage. Dans son magasin de Metz, il forme en permanence 4 à 5 apprentis en boulangerie, mais aussi en vente. Une filière « extraordinaire » qu’il défend bec et ongle.

Henri Lemoine est boulanger à Metz depuis plus de 25 ans
Henri Lemoine est boulanger à Metz depuis plus de 25 ans © Radio France - Rachel Noel

Metz, France

En Lorraine, en 2016, selon l’étude de la Direccte, la filière de l’apprentissage, c’est plus de 9 000 jeunes formés. Plus de 40 % de ces apprentis viennent de l’enseignement supérieur. Et la filière boulangerie, est l’une des plus prisée. Plus de 800 contrats d’apprentissages signés en 2016 dans le Grand Est, visaient à obtenir un CAP boulangerie. C’est même le premier diplôme visé dans le département de la Moselle. Il est préparé dans les 3 CFA (Centre de formation des apprentis) du département, à Metz, Thionville et Forbach.

La boulangerie d'Henri et Valérie Lemoine à Metz - Radio France
La boulangerie d'Henri et Valérie Lemoine à Metz © Radio France - Rachel Noel

La boulangerie, Henri Lemoine est tombé dedans quand il était petit. Ce fils de boulanger qui est installé à Metz exerce depuis 25 ans après avoir eu un parcours atypique. Après une école de commerce et de hautes études, il est revenu à la boulangerie, industrielle, puis artisanale. Pour cela, il a lui-même dû repasser un CAP en boulangerie, après 10 ans de vie professionnelle. Cela fait 10 ans qu’il est installé dans la boulangerie de la rue Leclerc de Hautecloque à Metz.

L’apprentissage : une filière qu’il faut valoriser

Henri le boulanger, forme tous les ans, des apprentis, que ce soit en CAP, mais aussi en brevet professionnel. Dans sa boutique de Metz, il forme aussi des apprentis en vente. Ils sont 5 au total en ce moment, toute formation confondues. 

Pour lui, la difficulté n’est pas de trouver des apprentis, mais de trouver des apprentis motivés. « La grande difficulté vient du fait que l’éducation nationale se refuse à envoyer les jeunes vers des filières professionnelles. Au lieu  de nous envoyer des gens qui vont vers l’excellence, dans l’esprit inconscient de l’éducation nationale, l’apprentissage n’est réservé qu’aux gens qui sont en situation d’échec ».

La boulangerie artisanale d'Henri propose des pains et un coin snacking - Radio France
La boulangerie artisanale d'Henri propose des pains et un coin snacking © Radio France - Rachel Noel

« Un jeune avec un CAP pourra dès l’âge de 30 ans être chef d’entreprise »

Cette filière de l’apprentissage, il l’a défend, car pour lui, rien ne vaut ce contact avec le monde de l’entreprise. Henri Lemoine le répète : « C’est une option qu’ont les jeunes de se former dans la vie. Une option comme les autres »

Bien sûr le métier est dur, et impose des horaires atypiques, mais ses apprentis boulanger ont beaucoup de possibilités une fois leur diplôme en poche. Lui considère que les possibilités sont même plus importantes que ce que les jeunes imaginent au départ :

« Un jeune avec un CAP pourra dès l’âge de 30 ans être chef d’entreprise  Il y a des jeunes à 30 ans qui ont Bac +7 et qui cherchent encore du travail ».

La preuve par l’expérience

Henri en a formé des jeunes dans la filière de  la boulangerie depuis ces 25 dernières années. Il est fier de dire qu'aujourd’hui, rien que sur le département de la Moselle, une dizaine de ses anciens apprentis sont chefs d’entreprise, d’autres sont enseignants en chambre des métiers.

Sa grande fierté, c’est aussi celle de former des boulangers d’excellence. Récemment, deux de ses apprentis ont participé au concours régional du meilleur apprenti de France et du meilleur jeune boulanger de France. L’un a obtenu une médaille d’or. Le second, une médaille d’argent.