Économie – Social

Train : le Paris-Poitiers, deuxième trajet le plus cher de France

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Poitou mardi 24 février 2015 à 20:44

Un TGV entre en gare. (image d'illustration)
Un TGV entre en gare. (image d'illustration) © Maxppp

Le trajet en train entre Paris et Poitiers est le deuxième plus cher de France, juste derrière le Paris-Londres, dans la catégorie des trajets de deux à trois heures. C'est la conclusion d'une enquête de l'UFC Que Choisir.

Le trajet en train entre Poitiers et Paris est l'un des plus chers de France! C'est la conclusion d'une étude de l'UFC que Choisir.Le trajet SNCF de Paris à Poitiers, en train, coûte 22 centimes au kilomètre. C'est le deuxième plus cher de sa catégorie, les trajets de deux à trois heures, derrière Paris-Londres, qui est un trajet exceptionnel, puisqu'il faut passer le tunnel sous la Manche. La moyenne est de 16 centimes du kilomètre pour ces trajets de deux à trois heures. On est donc bien au-dessus.  Le Poitiers-Paris emprunte la ligne TGV Tours-Paris, qui est également la deuxième plus chère dans sa catégorie, à 27 centimes le kilomètre, juste derrière Lille-Londres.

150 € l'aller-retour

C'est vrai que le prix d'un Paris-Poitiers est exorbitant : 75 € le plein tarif un vendredi soir, pour un billet réservé un mois et demi à l'avance. C'est un aller simple. Pour le retour, il faut donc  doubler la mise et débourser 150 € ! Arnaud De Blauwe est journaliste à L'UFC - Que Choisir à Paris. C'est lui qui a mené cette enquête.

Arnaud De Blauwe, journaliste à l'UFC Que Choisir

"La SNCF a très peu de concurrence sur ce trajet, alors elle ne baisse pas ses prix" Arnaud De Blauwe, journaliste à l'UFC - Que Choisir 

Si les Poitevins payent aussi cher, c'est surtout parce que la SNCF n'a pas de concurrence sur ce trajet. Sur les trajets ou le train est en concurrence avec une autoroute à prix raisonnable ou un trajet en avion assuré par une compagnie low-cost, la SNCF est contrainte de baisser ses prix, pour rester compétitive. Sur des trajets comme Paris-Poitiers ou il y a peu de concurrence, que ce soit de l'avion ou de la route, la SNCF sait qu'elle réusissira à remplir ses trains. Elle a donc le champ libre pour faire grimper ses tarifs.