Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'inspection du travail de passage chez STMicroelectronics à Crolles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère

Il y a un mois, le syndicat CGT chez STMicroelectronics à Crolles déclenchait une procédure de danger grave et imminent. La visite des inspecteurs du travail hier fait suite à cette démarche. Les conclusions de la Direccte ne sont pas encore connues.

Coronavirus : l'inspection du travail de passage chez STMicroelectronics à Crolles (illustration)
Coronavirus : l'inspection du travail de passage chez STMicroelectronics à Crolles (illustration) © Maxppp - -

STMicroelectronics à Crolles (Isère) est l'un des principaux sites industriels du département avec 4.200 salariés. Quelques jours après la décision du gouvernement d'un confinement massif dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le syndicat CGT dénonçait le fait que le travail continue dans les salles blanches. D'autres salariés, eux, sont en télétravail. La CGT lance, le 18 mars, une procédure de danger grave et imminent. 

Suite à cette mesure, le directeur départementale de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) s'est rendu sur place hier, mardi. Il était accompagné de l'inspectrice du travail, mandatée pour suivre ce site. Ils ont rencontré les syndicats et la direction. Un bilan sera fait plus tard et communiqué à l'ensemble des parties.

Des salariés exposés selon la CGT, des salariés protégés selon la direction

David Majeswski, délégué CGT sur le site de Crolles, explique aujourd'hui que "le nombre de personnes en salle blanche ne fait qu’augmenter de semaine en semaine. (...) Augmenter l’effectif présent sur site et l’activité de production vont évidement à l’encontre de la mesure de confinement visant à limiter les contacts entre les personnes afin d’éviter que le virus ne se propage. (...) Les contrats précaires, tels les intérimaires ne bénéficient pas ou très peu des conditions de rotation des effectifs, les exposant davantage que le personnel ST au risque de contamination."

Dans un communiqué, fin mars, la direction de STMicroelectronics assurait que l’entreprise s’est adaptée et a "pris toutes les mesures possibles et nécessaires pour protéger ses employés" notamment dans les salles blanches. Ce jeudi 23 avril, dans un communiqué, la direction précise "qu'un nouvel accord a été signé le 17 avril entre STMicroelectronics et la CFE-CGC et la CFDT et que cet accord reprend les dispositions des accords du 18 mars sur l’adaptation de l’organisation dans les sites de manufacturing, ainsi que celles du 25 mars sur les mesures financières exceptionnelles pour accompagner la crise qui sont reconduites et s’arrêteront au 11 mai." Une commission de suivi nationale et des commissions de suivi locales ont été créées pour  réfléchir, notamment, au déconfinement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess