Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Travailleurs saisonniers en montagne : l'activité partielle ouverte jusqu'à fin juin

Le gouvernement a annoncé ce mardi la prolongation jusqu'à fin juin du dispositif de chômage partiel pour tous les travailleurs saisonniers récurrents, notamment en montagne. Objectif : permettre au secteur de préparer la saison estivale.

Un restaurant durant le service (photo d'illustration)
Un restaurant durant le service (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Après la saison blanche cet hiver, c'est plutôt une bonne nouvelle pour tous les professionnels du tourisme et de la montagne qui commencent déjà (tant bien que mal) à se projeter sur la saison d'été. Les travailleurs saisonniers dits "récurrents" vont pouvoir bénéficier du chômage partiel jusqu'à la fin du mois de juin. L'annonce a été faite ce mardi par le ministère du Travail.

Préparer la saison estivale

Objectif : permettre aux saisonniers d'être couverts (et payés) quoi qu'il arrive, y compris si le café ou le restaurant devait de nouveau fermer à cause de la situation sanitaire. Une satisfaction pour tous les cafés hôtels et restaurants de montagne et de bord de lacs, qui réclamaient la prolongation de ces aides depuis fin mars. Le dispositif va permettre à tous les professionnels de préparer la reprise d'activité.

"Actuellement, si on embauche du personnel en CDI ou en CDD il est interdit de les placer en activité partielle", explique Daniel Van Den Heuvel, le président de l'UMIH des Deux Savoie, l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie. "Avec cette annonce, si on a un pépin, comme ne pas ouvrir, être confiné... on a la garantie qu'on pourra passer notre personnel en activité partielle, et donc les salaires seront assurés par l'Etat et non par les patrons d'exploitation".

On est toujours dans le flou : embaucher du personnel sans savoir si on va pouvoir ouvrir, c'est un peu compliqué.

C'est le même dispositif qui avait été activé pour les travailleurs saisonniers des stations de montagne, permettant de "limiter l'effondrement des embauches, malgré la fermeture des remontées mécaniques sur l'ensemble de la saison". 

"Mais nos saisonniers, au plus tard, fin avril-début mai, n'auront plus de contrat donc cette mesure n'a pas d'effet pour notre branche", a réagi de son côté Alexandre Maulin, le président des Domaines skiables de France. Il réclame pour sa part "une clarification du sort de nos collaborateurs sur la partie estivale et automnale, car on vient de vivre une saison noire, et le temps de la reprise on aura besoin d'adaptation dans le cadre de l'activité partielle de longue durée, aujourd'hui nous n'avons pas de certitude".

Plusieurs dizaines de milliers de saisonniers

La mesure concerne entre 100.000 et 150.000 travailleurs saisonniers, dont plusieurs dizaines de milliers en Pays de Savoie pour la saison estivale. Le gouvernement a prévu un budget de plus de 200 millions pour payer l'activité partielle de ces saisonniers.

Le dispositif d'activité partielle prévoit une prise en charge à 100% par la solidarité nationale de la rémunération versée aux salariés en chômage partiel dans les secteurs protégés (tourisme, culture, sport...), avec donc un reste à charge nul pour les entreprises.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess