Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Travaux Publics : les entreprises du Centre-Val de Loire ont besoin de main d'oeuvre

lundi 11 mars 2019 à 6:06 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans, France Bleu Touraine et France Bleu Berry

Après des années difficiles liées à la crise de 2007, le secteur des Travaux Publics se porte mieux. Dans la région Centre-Val de Loire, l'activité a progressé de 5% en 2018. Mais, les entreprises sont confrontées à un vrai problème : le manque de main d'oeuvre.

Les entreprises recherchent en priorité des chefs de chantiers et des conducteurs de travaux
Les entreprises recherchent en priorité des chefs de chantiers et des conducteurs de travaux © Maxppp - Vincent Voegtlin

Orléans, France

"On ne va s'enflammer mais on est sur une bonne dynamique". A la tête de la Fédération régionale des travaux publics, François Huret reconnait que le secteur a retrouvé des couleurs depuis 2017. Dans la région, l'activité a progressé de 5% en 2018 et les perspectives sont plutôt bonnes pour 2019 et 2020. " Il y a des chantiers autoroutiers à venir notamment sur l'A10 et également le grand carénage dans les centrales nucléaires de la région". Aujourd'hui, 70% des commandes dans le secteur des TP sont assurées par les collectivités locales et l'État. Pour François Huret, il faut donc toujours être prudent : " Il y a des arbitrages budgétaires actuellement en cours et on sait que les années d'élections municipales marquent parfois un coup d'arrêt sur des projets". 

1.000 embauches par an sur les cinq prochaines années 

Aujourd'hui, l'enjeu principal pour les 430 entreprises de TP de la région, c'est le recrutement. 70% d'entre elles se disent "pénalisées dans leur développement" par le manque de main d'oeuvre notamment des chefs de chantiers et des conducteurs de travaux. " On a pourtant une image qui a évoluée" explique François Huret de la FRTP " avec des métiers moins pénibles, moins dangereux et plus techniques". Il cite par exemple l'emploi de pilotes de drones pour réaliser des relevés topographiques. "C'est bien la preuve que les métiers innovent, se modernisent. Et ça, ça peut aider à attirer des jeunes". Dans la région, on estime qu'il y aura 5.000 embauches dans les TP sur les cinq prochaines années.

Un clip de rap pour séduire les plus jeunes

Au niveau national, la Fédération des travaux publics a pour objectif d'accueillir 16.000 collégiens en stage sur les cinq prochaines années et de former 8.000 à 12.000 apprentis. " On mise beaucoup sur la jeunesse. Et, on doit encore travailler pour favoriser les rencontres, collaborer avec les établissements scolaires et venir parler de nos métiers" ajoute François Huret. En octobre dernier, la FNTP a même diffusé sur les réseaux sociaux un clip de rap pour vanter les métiers du secteur. Une campagne de communication baptisée # FranchementRespect.