Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Trêve hivernale : témoignage d'une locataire expulsée dans le Morbihan

mercredi 1 novembre 2017 à 20:15 Par Marion Aquilina, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

La trêve hivernale a commencé le 1er novembre 2017. Un peu de répit pour tous ceux qui souffrent de mal-logement puisque ça permet de suspendre les expulsions jusqu'à fin mars. Selon la Fondation Abbé Pierre Bretagne, les Côtes-d'Armor et Rennes sont les zones les plus touchées par le mal-logement.

Alexandra et sa fille vivent chez un ami à Lorient en attendant de trouver un logement
Alexandra et sa fille vivent chez un ami à Lorient en attendant de trouver un logement © Radio France - Marion Aquilina

Bretagne, France

Du 1er novembre au 31 mars 2018, les expulsions sont suspendues dans le cadre de la trêve hivernale. L'association Droit au Logement rappelle qu'en 2016, 129 000 jugements d'expulsion ont été prononcés. En Bretagne, la Fondation Abbé Pierre accompagne les mal-logés, surtout pendant la trêve hivernale.

"Je suis partie le matin, je suis revenue l'après-midi, c'était fermé"

Alexandra a 36 ans, elle est mère de deux filles, bénévole pour les Restos du Cœur et elle est à la rue depuis quelques jours seulement. Son propriétaire l'a expulsée quelques jours avant la trêve hivernale de son logement de Riantec dans le Morbihan. Alexandra raconte : "Je suis partie le matin, je suis revenue l'après-midi c'était fermé. Toutes nos affaires étaient à l'intérieur. Nos papiers administratifs, le cartable de ma fille, le chien."

Elle vit en ce moment chez un ami à Lorient, en espérant pouvoir vite trouver un appartement. Les difficultés sont nombreuses parce qu'il y a beaucoup de mal-logés selon Alexandra, surtout en octobre. "Je ne suis pas la seule à avoir été expulsée, on est plus nombreux en octobre avant la trêve hivernale donc c'est difficile de reloger tout le monde. La plupart se retrouve dans des logements d'urgence, des hôtels où on vit deux ou trois jours."

Le témoignage d'Alexandra, 36 ans. Elle vivait à Riantec avant d'être expulsée quelques jours avant la trêve hivernale.