Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trévenans : l'hôpital plombe les comptes de la ville et de son service d'état civil

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'hôpital Nord Franche Comté, installé depuis 2017 à Trévenans, était au coeur des discussions du Sénat ce mardi 13 avril. Le sénateur du Territoire de Belfort, Cédric Perrin, a interpellé la ministre de la Cohésion des territoires, car l'hôpital plombe les comptes de la petite commune.

L'hôpital Nord-France-Comté à Trevenans (90)
L'hôpital Nord-France-Comté à Trevenans (90) © Radio France - Christophe Beck

Depuis 2017, la ville de Trévenans accueille le centre hospitalier Nord Franche-Comté. C'est donc le service d'état civil de la commune qui doit enregistrer toutes les naissances et tous les décès, délivrer les actes à la population, etc... Résultat : le fonctionnement du service a coûté l'an dernier près de 200 000 euros ! Les autres communes du département en prennent une part, mais pas assez. A tel point que le sénateur du Territoire de Belfort en a appelé à la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, et l'a interpellé en séance le mardi 13 avril.

Car l'ardoise commence à être longue : malgré la contribution des autres communes, plus de 70.000 euros restent à la charge de Trévenans, soit plus de 6% du budget. Et cela ne cesse d'augmenter... "Jusqu'à présent, c'était une charge qui était supportable, de l'ordre de 20.000 euros, mais maintenant que le service monte en charge, on est obligé d'avoir du personnel supplémentaire", explique le maire, Pierre Barlogis. 3 000 naissances, 1 700 décès et donc autant d'actes d'état civil : voilà le bilan pour 2020. De quoi bien occuper les 3,5 équivalents temps pleins qui travaillent au service d'état civil...

Une charge qui ne peut qu'augmenter dans le futur

Sur les 190 000 euros que coûte chaque année le fonctionnement du service, à peine un peu plus de la moitié est prise en charge par les communes alentours, du territoire de Belfort et du Doubs. Les communes les plus petites ou celles qui ont eu peu de naissances et de décès sont exonérées. Et cette charge va mécaniquement augmenter avec les années : chaque enfant né à Trévenans va demander dans le futur des actes de naissances ou de succession pour ses démarches.  Le sénateur du Territoire Cédric Perrin a donc interpellé la Ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. "Vous verrez qu'à long terme, il y a des bénéfices pour le rayonnement de la commune", a indiqué la ministre. "Cependant, nous allons regarder de près cette situation pour voir si l'on peut trouver une solution pour Trévenans et le Territoire de Belfort". Un rendez-vous doit avoir lieu dans les prochaines semaines avec le sénateur Cédric Perrin.

En attendant, à Trévenans, près de 4 fonctionnaires tentent d'absorber les démarches et la salle d'attente de la mairie va être transformée pour agrandir le service d'état civil.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess