Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Trois enseignes la Halle aux chaussures ferment leurs portes dans le Nord Franche-Comté

mercredi 30 août 2017 à 18:26 Par Gil Rebecca, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le groupe Vivarte a annoncé en début de semaine la fermeture de 135 magasins La Halle aux chaussures en France, dont 3 enseignes dans le Nord Franche-Comté, ce qui représente 10 salariés sur les 450 concernés au niveau national.

3 salariés sur les 10 concernés dans le Nord Franche-Comté ont accepté le plan de reclassement proposé par le groupe
3 salariés sur les 10 concernés dans le Nord Franche-Comté ont accepté le plan de reclassement proposé par le groupe © Maxppp -

Héricourt, France

À Lepuix dans le Territoire de Belfort, Audincourt dans le Pays de Montbéliard et Héricourt en Haute-Saône, il n'y a plus d'enseigne La Halle aux chaussures. Ces trois magasins font partie des 135 concernés par le plan social annoncé du groupe Vivarte.

"Ça fait un choc, mais on n'a pas le choix. On verra comment on pourra rebondir, une fois que ce sera digéré"

— Marcel, le gérant du magasin d'Héricourt

Même si le groupe se portait mal depuis ces dernières années, l'annonce de la fermeture a été brutale pour les salariés : "C'est sûr ça fait un choc, avoue Marcel, le gérant de l'enseigne d'Héricourt. Mais c'est la vie, on n'a pas le choix". Le magasin est fermé depuis lundi, les stocks ont très vite été liquidés, grâce à des prix attractifs. Sa femme (l'une des trois employées du magasin) et lui gardent un sourire de façade, même s'ils l'admettent, c'est dur : "On ne sait pas ce qu'on fera demain, on n'envisage rien pour l'instant. On verra bien ! C'est une page qui se tourne".

"Héricourt est une ville très attractive, et malgré cette fermeture, le commerce a encore de beaux jours devant lui"

— Fernand Burkhalter, maire d'Héricourt

Le maire d'Héricourt, Fernand Burkhalter, regrette cette fermeture mais relativise : "Il faut souligner aussi les ouvertures et les reprises de commerces à Héricourt, il faut positiver ! C'est une ville très attractive où le développement commercial a de beaux jours devant lui. Je ne doute pas que cette zone commerciale trouvera rapidement un nouvel essor, d'ailleurs, deux nouvelles enseignes s'y sont récemment implantées", explique le maire socialiste, qui espère que plutôt qu'un magasin de vêtements ou de chaussures, un autre type de commerce verra le jour, tel qu'un laser game, ou encore un salon de beauté ou de coiffure.

Des offres de reprise ont déjà été faites au promoteur privé de la zone commerciale où se trouve le magasin à Héricourt, elles n'en sont pour le moment qu'au stade des négociations.

La CGT regrette une mauvaise gestion du groupe Vivarte

La CGT a suivi le dossier de près depuis le début. D'après Karim Cheboub, le délégué syndical central CGT de la Halle aux chaussures, "les actionnaires et la direction du groupe ont pris de mauvaises décisions depuis plusieurs années : augmenter le prix des chaussures a fait fuir la clientèle populaire, et cela nous a amenés à une catastrophe économique". Le Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE), signé le 2 juin dernier n'en reste pas moins satisfaisant aux yeux de Karim Cheboub : "Les salariés qui ont consulté le PSE sont globalement satisfaits, c'est mieux que ce que l'on peut trouver dans d'autres entreprises. Un plan de reclassement a été proposé à chacun", précise-t-il. Dans le Nord Franche-Comté, seuls 3 employés sur les 10 concernés ont accepté de bénéficier de propositions de reclassement. Ils ont jusqu'à la mi-octobre pour se prononcer.