Économie – Social

Trois horlogers francs-comtois lancent une montre (presque) 100 % française

Par Bastien Deceuninck, France Bleu Besançon jeudi 3 novembre 2016 à 19:03

La montre est fabriquée à 99% en France. Les machines pour fabriquer les autres pièces n'existent pas dans le pays.
La montre est fabriquée à 99% en France. Les machines pour fabriquer les autres pièces n'existent pas dans le pays. © Radio France - Bastien Deceuninck

Trois entrepreneurs francs-comtois sont en train de réaliser un rêve vieux de 40 ans : une montre "véritablement fabriquée en France". La marque Lornet, lancée ce jeudi, propose un modèle conçu, fabriqué et assemblé presque entièrement en France. Le 100% ne serait qu'une question de temps.

Trois Francs-Comtois viennent de lancer leur marque d'horlogerie avec comme objectif de proposer des montres conçues, fabriquées et assemblées en France. Leur premier modèle, la "LA-01", est française à ... 99%.

Sans surprise, en matière d'horlogerie, la Suisse occupe largement le secteur. La dernière usine de fabrication de montres françaises, LIP, a fermé ses portes à Besançon en septembre 1977.

Anthony Simao, Benoît Monnet et Mickaël Bourgeois se sont donc associés pour créer Lornet, une marque d'horlogerie qui souhaite proposer des montres "Made in France". Après deux ans de travail, ils ont présenté ce jeudi leur premier modèle : la "LA-01", une montre pour homme. Et sur les 158 pièces qui la composent, trois ne sont pas françaises. Les autres sont fabriquées à Besançon, le verre vient de Morteau, le bracelet est l'oeuvre d'un artisan d'Orchamps-Vennes, et l'écrin en bois vient de Cramans dans le Jura.

Le balancier de la montre est installé "à midi" : une place inhabituelle pour cette pièce ronde qui bouge et fait tourner les engrenages. - Radio France
Le balancier de la montre est installé "à midi" : une place inhabituelle pour cette pièce ronde qui bouge et fait tourner les engrenages. © Radio France - Bastien Deceuninck

Le 100% Made in France impossible... pour le moment

Car aujourd'hui, obtenir du 100% français est impossible. Fabriquer les trois pièces en question (le barillet, l'échappement et les inverseurs) nécessitent des machines qui n'existent pas aujourd'hui en France. Les trois entrepreneurs ont donc préféré se reposer sur le savoir-faire suisse mais surtout éviter des investissements beaucoup trop lourds pour une nouvelle marque. "Ces pièces sont tellement complexes à fabriquer que nous n'avons pas pris le risque d'un investissement non supportable pour l'instant. Nous avons donc pris des éléments qui venaient de l'industrie suisse pour avoir le meilleur produit" explique Benoît Monnet, le responsable client.

Tout est dans le "pour l'instant". Car à terme, l'idée serait d'installer ce savoir-faire particulier dans une manufacture en France et obtenir ainsi du "100% français" même si l'objectif est très ambitieux.

Ce premier modèle de montre est une série limité à 100 exemplaires. Une dizaine de personnes ont déjà passé commande sans même voir le modèle, uniquement attirés par une fabrication française. Quant au prix, la montre est affichée à 5 400 euros. Mais d'après ses créateurs, la même fabriquée par des Suisses coûterait quatre à vingt fois plus cher.

Le modèle est fabriqué entièrement à la main et ne le sera qu'à 100 exemplaires. - Radio France
Le modèle est fabriqué entièrement à la main et ne le sera qu'à 100 exemplaires. © Radio France - Bastien Deceuninck