Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Trois idées reçues sur la prostitution en Côte-d'Or

vendredi 24 novembre 2017 à 13:55 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Depuis début novembre, la Côte-d'Or s'est dotée d'un nouvel outil pour lutter contre la prostitution : une commission qui rassemble tous les acteurs qui peuvent faire de la sensibilisation et de l'accompagnement sur le terrain. On revient sur trois idées reçues sur la prostitution.

La prostitution se passe de plus en plus sur internet, notamment avec le site Vivastreet.
La prostitution se passe de plus en plus sur internet, notamment avec le site Vivastreet. © Maxppp - Olivier Corsan

Côte-d'Or, France

Peut-on éradiquer la prostitution en Côte d'Or ? C'est en tout cas le but d'une commission départementale créée début novembre sous la houlette de la préfète. L'idée est à la fois de faire de la prévention et d'accompagner les prostituées vers un parcours de sortie, en leur proposant de l'aide financière, administrative ou médicale. La prostitution évolue, on voit de nouvelles pratiques apparaitre à l'air d'internet, nous avons soumis trois idées reçues sur la prostitution à Thomas Huard, le responsable du service Le Pas à l'association Adefo qui accompagne déjà les prostituées au quotidien et va siéger dans cette commission.

Première idée reçue : on ne voit pas de prostituées dans la rue à Dijon, ça veut dire qu'il n'y en a pas ?

"Non, il y en a même beaucoup, la prostitution existe et notamment sur internet. Il y a des sites pour cela, le plus connu est Vivastreet, où sous couvert de massage des personnes proposent des relations sexuelles tarifées. Chaque mois, sur Dijon c'est environ 180 profils qui sont créés ou mis à jour."

Deuxième idée reçue : les prostituées qui reçoivent dans un appartement ou à l’hôtel au lieu de faire le trottoir sont indépendantes ?

"Ça peut être vrai, mais la plupart du temps c'est vrai. On parle de la prostitution TGV, ce sont des gens qui sont pris dans un réseau de prostitution, qui se déplacent de villes en villes. Les proxénètes louent des chambres d’hôtel pour une semaine, et postent des annonces, notamment sur Vivastreet. AirBnB permet aussi de louer des appartement assez simplement en plein centre-ville de Dijon."

Troisième idée reçue : les prostituées à Dijon, ce sont principalement des étrangères et des étrangers ?

"C'est vrai que la prostitution est principalement étrangère, à environ 60%, ça laisse quand même 40% de prostitution française."