Économie – Social

Trois offres de reprise pour les abattoirs AIM mais environ 400 emplois supprimés

France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin jeudi 19 février 2015 à 12:11 Mis à jour le jeudi 19 février 2015 à 21:04

Le blocage du site manchois des abattoirs AIM.
Le blocage du site manchois des abattoirs AIM. © MaxPPP

Trois offres de reprise ont été déposées pour les abattoirs AIM selon les syndicats. Dans les deux sites principaux du groupe (Manche et Ille-et-Vilaine), 400 emplois sur 600 seraient supprimés. À Sainte-Cécile, près de Villedieu-les-Poëles dans la Manche, les salariés bloquent le site depuis ce jeudi 0h30.

Les 397 salariés de Sainte-Cécile, le site manchois des abattoirs AIM (abattoirs industriels de la Manche), l'ont appris ce jeudi midi : Sofiprotéol, l'unique repreneur, ne conserverait que 118 postes sur le site , principalement pour les activités de découpe et de salaison. Le secteur abattage serait transféré à Saint-Brice-en-Coglès, en Ille-et-Vilaine.

Pour le site breton des abattoirs AIM, à Antrain en Ille-et-Vilaine, il y a deux repreneurs possibles . Il s'agit de deux salaisonniers : Yves Fantou à Dol de Bretagne, et Tendriade Collet à Chateaubourg, dont les dossiers ont été déposés mercredi soir devant le tribunal de commerce de Coutances. En terme social, Yves Fantou propose de reprendre 107 des 180 salariés, Collet seulement 40% des effectifs.De leur côté les représentants du personnel refusent d'en dire plus d'ici l'assemblée générale du personnel prévue vendredi midi. La décision du tribunal sera rendue le 3 mars.

Blocage total du site manchois

Depuis minuit et demi ce jeudi, les salariés normands des abattoirs AIM (abattoirs industriels de la Manche) sont en grève . Ils bloquent totalement le site depuis ce midi, suite à l'annonce du plan de reprise. Dans l'après-midi ce jeudi, les salariés mécontents ont menacé de lâcher les porcs si les actionnaires ne venaient pas s'expliquer. Vincent Varin, président de Cap 50, une coopérative d'éleveurs actionnaire des abattoirs a discuté avec eux pendant 1h30.

AIM : le blocage

Les salariés d'AIM, mécontents, encadrent le président de Cap 50, un des principaux actionnaires des abattoirs (le 19 février).  - Radio France
Les salariés d'AIM, mécontents, encadrent le président de Cap 50, un des principaux actionnaires des abattoirs (le 19 février). © Radio France

Les abattoirs AIM emploient environ 600 personnes sur différents sites de la Manche et d'Ile-et-Vilaine. Ils ont déposé le bilan début janvier. 

À LIRE AUSSI :

Les abattoirs AIM vont déposer le bilan, près de 600 emplois menacés Les abattoirs AIM devant la justice, un repreneur sur les rangs Les abattoirs de la Manche dans l'attente de repreneurs