Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Tulle/Eyrein : François Hollande en appelle à l'Etat pour sauver le site de BorgWarner et ses 370 emplois

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin

La direction de l'usine BorgWarner de Tulle a annoncé ce jeudi matin aux salariés la fermeture du site en mars 2022. Celui-ci ne serait plus rentable pour le groupe américain notamment dans le cadre de la transition écologique du secteur automobile. 368 personnes y travaillent.

L'usine Borgwarner sur la zone de la Montane a employé jusqu'à 520 personnes auxquelles s'ajoutaient certains jours environ 200 intérimaires
L'usine Borgwarner sur la zone de la Montane a employé jusqu'à 520 personnes auxquelles s'ajoutaient certains jours environ 200 intérimaires © Radio France - Philippe Graziani

"C'est un coup de massue" selon Pascal Coste le président du Conseil départemental de la Corrèze qui avec Bernard Combes, le maire de Tulle, a confirmé ce jeudi matin à France Bleu Limousin la fermeture de l'usine BorgWarner installée sur le site de la Montane à Eyrein. La direction de l'usine réunissait le matin même les salariés pour leur annoncer la nouvelle. Selon Pascal Coste le groupe américain aurait décidé de se séparer de cette usine qui fabrique surtout des boîtes de vitesse automatiques pour l'automobile, en raison des coûts de production en France. Ce que la direction explique dans un communiqué.

Les doutes de Bernard Combes

Les coûts de production de l'usine tulliste seraient d'autant plus handicapants pour le fabricant que le secteur automobile doit entamer dès à présent de très gros investissements dans le cadre de la transition écologique. En clair le site tulliste ne correspond plus au développement stratégique du groupe. Bernard Combes exprime cependant des doutes. Selon le maire de Tulle le groupe américain aurait "mis cette situation en stratégie industrielle". BorgWarner aurait donc selon lui programmé de longue date cette fermeture notamment en installant une mono-production sur le site qui de fait aurait enregistré des pertes en 2019. La direction du groupe précise que le site a également enregistré déjà 7 millions d'euros de pertes en 2020.

François Hollande en appelle à l'État

De son côté François Hollande "n'accepte pas cette réalité présentée comme irréversible". L'ancien président fut, lorsqu'il était maire de Tulle, l'un des artisans du transfert de BorgWarner de Tulle vers le site de la Montane. L'entreprise avait eu alors des aides financières importantes des collectivités locales. Alors il estime que cette fermeture n'est pas acceptable et morale. "Quand je me rappelle tout ce que j'ai  pu faire et de tout ce que nous avons consacré comme temps, comme moyens, comme énergie pour permettre l'installation de cette entreprise, je ne peux pas accepter comme ça par une annonce brutale qu'on puisse tirer un trait." François Hollande va intervenir auprès de l'Etat pour que ce dernier ne laisse pas ainsi fermer ce site. 

Sauvegarder le site industriel

"C'est bien beau de dire que la transition écologique génère de nouveaux métiers, là on a un cas concret, un cas d'école, et donc qu'est-ce qu'on met comme emplois verts à la place"  interroge Pascal Coste qui a immédiatement contacté le ministre de l'économie Bruno Lemaire. Car l'enjeu n'est plus de sauvegarder l'usine selon le président du Conseil départemental mais le site industriel de près de 7 hectares et les emplois. L'usine BorgWarner compte actuellement 368 salariés et emploie également régulièrement de nombreux intérimaires. Elle employait il y a encore 2 ans 520 personnes et 200 intérimaires certains jours.

L'ancien directeur de Tulle aux commandes du groupe

Les salariés sont eux abasourdis même si les difficultés de l'usine étaient connues de tous. "De tous les scénarios possibles le pire c'était celui-là la fermeture du site" l'un précisant qu'il s'attendait plus à un plan social avec des suppressions d'emplois. Mais tout cela aurait pu être évité disent les syndicats qui estiment comme Bernard Combes que cette fermeture a été planifiée par le groupe. Une volonté de préservation que n'a pas eue le président de BorgWarner. Ce qui attriste d'autant plus Alexandre Brigoulet, délégué CGT, car celui-ci n'est autre que l'ancien directeur du site de Tulle Frédéric Lissalde. "On a voulu l'interpeller, sa réponse a été en gros, démerdez-vous". La fermeture est donc inévitable. Un plan de sauvegarde de l'emploi sera discuté avec les partenaires sociaux dès le 1er juillet. Un repreneur sera également recherché. Quant aux licenciements ils commenceront dès le 1er janvier 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu