Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : La fermeture de l'usine Tupperware de Joué-les-Tours

Tupperware Joué-les-Tours : les représentants du personnel convoquent les élus et la presse

lundi 6 novembre 2017 à 19:21 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Réunion surréaliste lundi soir 6 novembre dans la salle du conseil municipal de Joué-les-Tours : les représentants des salariés de Tupperware avaient invité la presse et les élus pour enfin prendre la parole sur la situation à l'intérieur de l'usine. Mais la communication a tourné court.

L'usine Tupperware de Joué-les-Tours fermera selon les représentants du personnel
L'usine Tupperware de Joué-les-Tours fermera selon les représentants du personnel © Maxppp - Bruno Levesque/IP3 PRESS

Joué-lès-Tours, France

Le maire de Joué les Tours,Frédéric Augis, les députés Sophie Auconie LR/UDI, Fabienne Colboc et Philippe Chalumeau LREM, Serge Babary Sénateur LR/UDI, Mohamed Moulay et Jean-Patrick Gille Vice-Président et Conseiller socialistes de la Région Centre Val-de-Loire étaient présents et parfois plus offensifs que les représentants des salariés.

Trouver un repreneur

Une dizaine de représentants des salariés de Tupperware sont entrés dans la salle du conseil municipal de jouer les Tours pour faire face aux élus et à la presse. Depuis l'annonce de la fermeture irrémédiable et irrévocable de l'usine selon les termes de la direction, le seul syndicat, la CGT, qui négocie le plan de sauvegarde de l'emploi était muet sur la situation. A l'issue de cette rencontre, on en avait pas appris beaucoup plus le secrétaire du Comité d'Entreprise Patrice Richardeau affirmant que c'était un choix de ne pas communiquer : "On en a gros sur le cœur, on a la rage, mais ce qui nous importe ce sont les 235 salarié, négocier au mieux le PSE -plan de sauvegarde de l'emploi - négocier au mieux nos futures formations et trouver un repreneur". 

Pour le reste, rien ! le propos étant interrompu par le représentant CGT Antonio Constantino. On saura seulement que les salariés sont aussi prêts à se faire entendre mais pas tout de suite afin de ne pas perturber ou "indisposer" la direction afin qu'elle vienne avec les meilleures propositions possibles à la table des négociations. mais préviennent les représentants des salariés " si les propositions faites par la direction ne sont pas justes et contraires aux intérêts des salariés nous utiliserons tous les moyens disponibles (manifestations de colère, vigilance politique, médias, réseaux sociaux, visuels... ) pour faire valoir nos droits et notre dignité." Une réunion où beaucoup de questions ont donc été posées à ces représentants, Les élus réaffirmant leur soutien notamment dans la recherche d'un repreneur. Le maire de Joué les Tours dit comprendre l'attitude des représentants du personnel qui en ont gros sur le cœur, mais se maîtrisent pour se battre aux mieux des intérêts des salariés

contester le motif économique du Licenciement

Jean-Patrick ex-député de Tours et conseiller régional était présent lors de cette réunion. Il a d'ailleurs contesté la fatalité de la fermeture de Joué les Tours, la plus performante des usines Tupperware en Europe. Il accuse la direction d'avoir organisé les difficultés dans son usine tourangelle pour mieux la fermer

Il y a 3 ans le patron de Tupperware présentait l'usine de Joué comme la plus performante en Europe. Elle a été rayée d'un trait de plume le 19 octobre 2017 et 235 salariés sont sacrifiés par le groupe international

Une dizaine de rendez-vous sont encore prévus entre les représentants des salariés et la direction pour boucler le plan de sauvegarde de l'emploi