Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : La fermeture de l'usine Tupperware de Joué-les-Tours

Tupperware : première réunion direction-syndicats pour le plan de sauvegarde de l'emploi : des discussions mal engagées

vendredi 3 novembre 2017 à 19:12 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Première réunion de négociation à l'usine Tupperware de Joué les Tours entre la direction et les représentants du personnel. Une première réunion pour le Plan de Sauvegarde de l’Emploi, la direction de Tupperware ayant annoncé sa décision de fermer le site tourangeau d'ici quelques mois.

Tupperware
Tupperware © Radio France - -

Joué-lès-Tours, France

ce vendredi 3 novembre, une première réunion a eu lieu sur le site tourangeau de Tupperware, qui si on en croit le tract de la CFDT l'un des deux syndicats avec la CGT présents dans l'usine, ne présage rien de bon pour l'avenir du site et de ses salariés .

La CFDT, dans un argumentaire adressé aux membres des comités d'Entreprise et d'Etablissement du site (qu'elle a fait parvenir aux médias) accuse notamment la direction de ne pas jouer franc jeu sur sa réelle volonté de trouver un repreneur.

Dans son argumentaire le syndicat ne conteste pas la baisse affichée du chiffre d’affaire depuis 2015.

A l’examen des chiffres présentés, dit le syndicat, "on peut constater que la France réalise 25% de la production, la Grèce 20% et la Belgique 18%"... que la France produit 119,36 pièces par heure, la Grèce 98,55 et la Belgique 97,10.

En développant ses arguments, la CFDT souligne que Tupperware, dans le document remis aux élus du personnel, indique que « En France et en Belgique, la surcapacité (de production) est respectivement de 45% et de 48% » et que les effectifs de Tupperware dans l’usine belge sont de 263 salariés contre 279 en France ».

En résumé dit le syndicat : la productivité des salariés français est la plus forte et c'est dans l'usine belge que la surcapacité de production est la plus importante : pourquoi alors décider de fermer le site de Joué les Tours plutôt qu’en Belgique ?

La CFDT estime donc que les conditions imposées par la législation belge en matière de suppressions collectives d’emploi pour motif économique, sont beaucoup plus contraignantes, que ne l'est la législations françaises après les ordonnances signées par le gouvernement Macron. "il ne fait aucun doute que Tupperware ait fait le choix de la facilité plutôt que du courage et de l’efficacité" conclut le syndicat.

La CGT sollicitée pour réagir à l'issue de cette première réunion n'a pas donné suite à notre demande. Quant à la direction de Tupperware France, elle a fait savoir qu'elle n'entendait pas communiquer sur la situation de l'usine de Joué-les-Tours.