Économie – Social

Uber déménage son "centre d'accueil" pour les chauffeurs à Aubervilliers

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région lundi 19 septembre 2016 à 4:00

Le nouveau centre d'accueil d'Uber, à Aubervilliers, le 15 septembre 2016
Le nouveau centre d'accueil d'Uber, à Aubervilliers, le 15 septembre 2016 © Radio France - Rémi Brancato

Auparavant situé à Paris, le "centre d'accueil des partenaires chauffeur" d'Uber a déménagé cet été à Aubervilliers. Si la plateforme VTC a choisi le 93, c'est parce qu'"une majorité des partenaires chauffeurs sont en Seine-Saint-Denis".

Jeudi 15 septembre à Aubervilliers, Uber a inauguré son nouveau centre d'accueil pour les chauffeurs, en service depuis le 1er août et auparavant implanté dans le 19e arrondissement de Paris. Ce centre, d'une surface de 500m², implanté au cœur du Fashion Center d'Aubervilliers, permet aux chauffeurs de régler des questions administratives, de rencontrer des partenaires d'Uber, comme des entreprises de location de véhicule, ou encore de se renseigner sur les formations pour devenir chauffeur VTC. 21 salariés d'Uber y travaillent. La société veut "venir à la rencontre d'une majorité des partenaires chauffeurs qui sont en Seine-Saint-Denis" explqiue Stéphane Ficaja, directeur des opérations d'Uber France.

La Seine-Saint-Denis "véritable réservoir d'emplois" pour les responsables d'Uber

"Moi j'habite en banlieue et c'est bien pour Uber de pouvoir s'implanter en banlieue, ça va répondre à un besoin de beaucoup de chauffeurs" explique Yacine Benaissa, chauffeur VTC depuis un an et demi et venu assister à l’inauguration. Stéphane Ficaja confirme que la Seine-Saint-Denis "un département où il y a beaucoup de chômage, c'est un véritable réservoir d'emploi". De fait , en 2015, 2600 entreprises de VTC ont été crées dans le département, soit plus d'un quart des créations françaises. Le secteur est même le premier en terme de créations d'entreprises en Seine-Saint-Denis.

Stéphane Ficaja, directeur des opérations d'Uber France

Et la société Uber n'hésite pas à communiquer sur les opportunités économiques qu'elle offre à ses chauffeurs partenaires et donc clients de la société. Selon un sondage qu'elle a commandé à Harris interactive à l'occasion de l'inauguration de son centre, on apprend que 39% des chauffeurs Uber étaient auparavant sans emploi, que 40% n'ont pas le BAC et que 87% estiment que la société donne sa chance à tous.

"Peu importe d'où vous venez, vous pouvez travailler"

"Il suffit de savoir conduire et peu importe d'où vous venez, peu importe le prénom que vous avez, vous pouvez travailler" confirme Mehdi, chauffeur VTC devenu patron d'une entreprise de transport de 10 personnes. "C'est un gros avantage, notamment en banlieue où il y a beaucoup de discrimination" ajoute ce jeune chef d'entreprise de Saint-Denis. Selon les chauffeurs rencontrés lors de cette inauguration, les revenus mensuels nets varient de 1500 à 2500 euros, maus aucun n'était en mesure de quantifier les horaires de travail hebdomadaires.

ECOUTER | Le reportage à Aubervilliers lors de l'inauguration du nouveau centre d'accueil Uber.

EN SAVOIR PLUS | En Seine-Saint-Denis, le secteur des VTC leader des créations d'entreprises.