Économie – Social

Uber : des chauffeurs parisiens mécontents d'une baisse de tarifs créent un syndicat

Par Julien Baldacchino, France Bleu Paris et France Bleu mardi 13 octobre 2015 à 8:09

Les chauffeurs Uber ne répondront pas à toutes les solliciations ce mardi
Les chauffeurs Uber ne répondront pas à toutes les solliciations ce mardi © Maxppp

La société Uber est en conflit avec ses chauffeurs parisiens, après l'annonce la semaine dernière d'une baisse de 20% des tarifs à Paris. Lundi, des chauffeurs ont créé leur propre syndicat. Ils doivent se mobiliser ce mardi devant le siège de l'entreprise.

La manifestation prévue ce mardi matin, à partir de 9h, devant le siège d'Uber France à Paris, sera la première menée à l'appel du Syndicat des exploitants de transport des personnes et VTC. Et pour cause, ce syndicat vient d'être créé, lundi soir, par des chauffeurs Uber en colère contre leur entreprise-mère.

L'annonce qui a mis le feu aux poudres ? Une baisse des tarifs parisiens de 20%, décrétée par la société américaine la semaine dernière. "Les tarifs pratiqués par la société Uber ne permettent pas de rentrer dans nos frais", explique Mohammed Rabi, porte-parole de ce nouveau syndicat.

Boycott de l'application Uber mardi

Ce mardi, de nombreux chauffeurs ne répondront donc pas aux commandes formulées sur l'application Uber. Ils seront rassemblées devant le siège français de l'entreprise, à Paris. "On va travailler pour d'autres applications, mais pas pour Uber aujourd'hui", confie à France Info un chauffeur syndiqué, sous couvert d'anonymat.

"La situation de quasi-monopole d'Uber leur permet de jouer avec les prix sans tenir compte de l'avis de leurs chauffeurs", explique Mohammed Rabi. Et s'ils ne parviennent pas à obtenir gain de cause, les chauffeurs pourraient appeler à boycotter définitivement Uber... quitte à créer leur propre application de VTC