Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Uber Eats" livre en Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Le géant économique mondial Uber débarque en Corse à travers sa filiale Uber Eats spécialisée dans la livraison de repas à domicile. Une trentaine de coursiers est recherchée sur toute la Corse pour un lancement prévu ce jeudi 10 octobre à Ajaccio et quinze jours plus tard à Bastia.

Une trentaine de coursiers est recherchée sur toute la Corse
Une trentaine de coursiers est recherchée sur toute la Corse © Maxppp - maxppp

Corse, France

Uber, entreprise spécialisée dans le transport de personnes, avec Uber VTC système révolutionnaire détesté par les taxis, se lance à la conquête de la Corse. Récemment, le groupe international s'est lancé dans le service de livraison de repas à domicile, avec Uber Eats, et le marché local corse l’intéresse. Lancement prévu à Ajaccio le 10 octobre, à Bastia quinze jours plus tard

Une arrivée qui fait grincer des dents

Lancement prévu à Ajaccio le 10 octobre, à Bastia quinze jours plus tard - Maxppp
Lancement prévu à Ajaccio le 10 octobre, à Bastia quinze jours plus tard © Maxppp - maxppp

Dans l'agglomération ajaccienne, des entreprises 100 % locales sont spécialisées dans la livraison de repas à domicile, comme par exemple Make Eat Up, dirigée par Jean-Baptiste Andarelli : « C’est une concurrence, on peut la considérer comme un petit peu faussée notamment en raison du _statut juridique de leurs livreurs_. »

Uber Eats a contractualisé avec une quinzaine de restaurants du Grand Ajaccio, des fast-foods pour la plupart. Le principe : Uber centralise les commandes et verse ensuite un pourcentage au restaurant partenaire et au coursier. Tous ou presque tous ont été démarchés et beaucoup ont refusé comme Julien Pedinielli : « _On a des employés, on paie des charges, on leur fournit des motos_, c’est une concurrence déloyale. J’emploie des livreurs à l’année et je préfère travailler comme ça. »

L'annonce diffusée par Pôle Emploi a également suscité de vives polémiques. Certaines organisations politiques, nationalistes notamment, fustigent la venue de ce nouvel acteur économique. Les syndicats de transporteurs sont aussi inquiets, craignant qu'arrive sur le territoire la filiale transport d'Uber. 

Mickaël Pellegrini, représentant du syndicat Strada Corsa

De son côté, la direction nationale d'Uber se défend de vouloir employer cette stratégie. « Uber transport n'est pas près de venir en Corse » affirme Julien Hoarau, le responsable de développement pour la France.

Julien Hoarau, responsable développement Uber Eats France

Des capitaux étrangers qui vont perturber un contexte économique déjà fragile, disent certains, Uber Eats s'en défend également par la voix de son responsable : « Ça n’a jamais perturbé des économies locales, au contraire Uber Eats étant connu et attendu cela permettra de développer ce marché de la livraison…Ajaccio et Bastia que l’on cible en premier sont relativement grande et il y a de la place… »

Les conditions de rémunération des livreurs font également l’objet de vives critiques - Maxppp
Les conditions de rémunération des livreurs font également l’objet de vives critiques © Maxppp - maxppp

Les conditions de rémunération font également l’objet de critiques. Pas de contrat de travail, pas de revenu minimum assuré, Uber Eats a pour objectif de se constituer une équipe de trente coursiers à Ajaccio comme à Bastia et de s'implanter d'ici à 2020 dans toutes les agglomérations de plus de 100 000 habitants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu