Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Uber Eats : premier bilan quelques mois après l'installation de la plateforme à Laval

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Quelques mois après l'installation d'Uber Eats à Laval, le bilan est plutôt positif même si les commerçants doivent s'adapter pour rentrer dans leurs frais. Reportage de Sarah Saltiel-Ragot.

La plateforme de livraison de repas à domicile s'est installée à Laval en octobre 2019.
La plateforme de livraison de repas à domicile s'est installée à Laval en octobre 2019.

La plateforme californienne Uber Eats est arrivée à Laval en octobre 2019. Quelques mois après sont installation, les restaurateurs ont vu une augmentation de leur chiffre d'affaire. Les bénéfices varient selon les jours, avec des pics le jeudi soir et des baisses en périodes de vacances notamment. 

En revanche, ce service de livraison de repas à domicile a un coût pour les commerçants et les clients. Uber Eats prélève une commission de 30% sur chaque commande aux restaurateurs. Les vendeurs doivent donc s'adapter pour rentrer dans leurs frais. Amine Malti vend des tacos à Laval et il a dû augmenter ces prix de 30% sur l'application pour combler l'écart. "Sur un sandwich à 5,50 euros, le client va le payer 7,80 euros sur l'application," explique-t-il. Même constat pour Julien Bel. Sur la plateforme, ses galettes sont 20% plus chères qu'en boutique. Il perd donc 10% de recette. Ce commerçant ne sait d'ailleurs pas s'il va rester sur l'application. "Je regarde, j'observe et je prendrai une décision mais il n'est pas dit que je reste sur Uber Eats," déclare Julien Bel. 

Les chaînes de restauration semblent être plus satisfaites du services qu'elles considèrent comme "un vrai plus". François Balluais travaille pour l'une d'entre elles et il admet qu'il a fallu trouver des solutions pour limiter le coût de cette commission de 30% versée à Uber Eats. "On a augmenté un tout petit peu les prix et il n'y a pas de formule "menu" sur l'application. Tout est à l'unité," explique le restaurateur.  

Uber Eats a attiré une vingtaine d'enseignes à Laval depuis sont installation il y a quelques mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu