Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Uber Eats s'installe au Mans : les restaurateurs sont divisés

jeudi 3 mai 2018 à 7:06 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Maine

Uber Eats lance sa plateforme au Mans, jeudi 3 mai. Dès 11h, les clients pourront commander dans une vingtaine de restaurants et se faire livrer à domicile pour 2,5 euros de plus qu'en se déplaçant. L'installation d'un nouveau service de livraison dans la ville sarthoise divise les restaurateurs.

Uber Eats est la troisième plateforme de livraison de repas à domicile qui s'installe au Mans. (Photo d'illustration)
Uber Eats est la troisième plateforme de livraison de repas à domicile qui s'installe au Mans. (Photo d'illustration) © Maxppp - Christophe Morin

Le Mans, France

Uber Eats arrive au Mans ! Après Deliveroo et FoodIn, c'est donc une troisième plateforme de livraisons de repas à domicile qui s'installe dans la ville sarthoise, dès le jeudi 3 mai, à 11h. Le Mans est la 33e ville de France dans laquelle Uber Eats se lance. Le principe est simple : vous vous connectez sur le site ou l'application, vous choisissez votre restaurant dans la liste proposée, vous sélectionnez ce que vous voulez manger, vous payez et vous êtes livré dans les 30 minutes. Le tout pour 2,5 euros de plus que si vous vous déplaciez dans le restaurant.

Une vingtaine de restaurants seront disponibles jeudi midi, ils seront 25 dès ce weekend. Au menu : burgers, cuisine asiatique, pizzas... et l'incontournable Mac Donald's. Uber Eats a signé une exclusivité avec l'enseigne de restauration rapide dans trois de ses sites manceaux. Au total, une quarantaine de coursiers ont été recrutés pour livrer tout ce beau monde. Uber Eats souhaite en recruter plus dans les mois qui viennent. La plateforme est pour l'instant ouverte de 11h à 23h mais, avant l'été, la plage horaire devrait s'élargir de 9h à 1h du matin. Cette nouvelle arrivée sur le marché sarthois ne ravit pas forcément les restaurateurs. 

Une politique de marge qui laisse peu de liberté

Pour certains, l'opération semble juteuse. L'exclusivité d'Uber Eats avec trois restaurants Mac Donald's du Mans a notamment convaincu Hervé Clémentz : "Les gens vont aller sur le site pour Mac Do et en même temps vont voir les différents restaurateurs qui sont sur ce site là", explique le co-gérant de la crêperie L'Explorateur, située dans le vieux Mans. "Il y a une image de marque est derrière donc on a choisi aussi à cause de ça."

Le Bœuf tient le pavé a aussi choisi de s'inscrire sur une plateforme de livraison pour se faire connaître. Le restaurant, ouvert en 2016, est sur FoodIn depuis un an. Pourtant, être répertorié sur un site supplémentaire n'est pas forcément une bonne opération d'après le responsable. "On n'est pas de la restauration rapide donc si on a 20 commandes en plus de notre service alors qu'on a déjà 150 couverts ici, je pense que ça sera difficile de gérer les commandes à emporter à côté", craint Nicolas Ballanger. 

Pour suivre face à la demande qui émane des plateformes, il faut donc pouvoir investir et c'est parfois difficile puisque les sites sont très gourmands : ils prélèvent 30% de commission sur les commandes. "Il y a une politique de marge qui laisse assez peu de liberté aux commerçants", déplore Pierre-Marie Gastebois, le gérant du magasin Inter Caves du Mans. Il a inscrit son magasin sur Deliveroo il y a deux semaines. "En revanche, il y a un service qui est apporté, on nous dit que c'est de la clientèle complémentaire, donc c'est vrai qu'on est obligés de jouer le jeu sur notre marge pour aller conquérir ces nouveaux clients."

De son côté, Uber Eats estime que les commissions sont finalement au moins équivalentes aux coûts que représente un système de livraison pour les restaurants. "Avoir son propre système de livraison coûte environ voire un peu plus de 30% d'un plat qui sort", affirme Julien Proust, directeur des opérations pour Uber Eats dans l'ouest de la France. "Sachant qu'il y a, en plus de ces 30%, potentiellement un manque d'expertise de la livraison mais également énormément de soucis de salariat et de maintenance des véhicules à gérer donc il y a énormément de coûts inhérents à l'activité de la livraison."