Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un 1er mai chacun de son côté pour les syndicats

-
Par , France Bleu

Une faible mobilisation est attendue ce vendredi pour le défilé du 1er mai, notamment parce que les syndicats n'ont pas réussi à surmonter leurs désaccords à l'occasion de cette Fête du travail.

Le défilé du 1er mai
Le défilé du 1er mai © Maxppp

La Fête du travail ne sera pas la fête de l'union syndicale ce 1er mai 2015. Les divisions ont empêché une grande mobilisation nationale, remplacée par plusieurs cortèges sous différentes bannières. Peu de Français sont attendus dans la rue. 

"Ce n'est pas la peine de faire semblant"

La CGT conduit vendredi des cortèges anti-austérité avec trois autres syndicats, la CFDT accueille de son côté des jeunes pour un "festival" à Paris et FO fait cavalier seul. Dans la capitale, la CGT, la FSU, Solidaires et l'Unsa défileront côte à côte. Le départ est  fixé place de la République à 15H00 en direction de la Nation pour dénoncer les "politiques d'austérité" en Europe. Un appel boudé par FO et la CFDT.  

Contrairement à l'année dernière, où Force ouvrière avait rejoint la CGT pour la Fête du travail afin de dénoncer la politique du gouvernement, réunissant entre 100.000 et 200.000 manifestants dans toute la France, la centrale de Jean-Claude Mailly fera cette fois encore bande à part. "Quand les revendications ne sont pas partagées, ce n'est pas la peine de faire semblant" a estimé le numéro un de FO, à couteaux tirés avec son homologue de la CFDT Laurent Berger.   

Jean-Marie Le Pen présent mais silencieux

Jean-Claude Mailly a accusé Laurent Berger de se faire "complice" de la montée du Front national en affirmant qu'il n'y a "pas d'austérité" mais plutôt "de la rigueur". "Il a franchi la ligne", a répliqué ce dernier. L'Unsa défile cette année avec la CGT, et son secrétaire général Luc Bérille a vivement regretté que la CFDT ait refusé de signer l'appel à une mobilisation unitaire, déplorant que le syndicalisme français ne soit "pas à la hauteur" et se montre "incapable" de se réunir autour du 1er mai, "dans un pays où le FN est le premier parti de France" .    

Le Front national défile lui aussi pour le 1er mai, Marine Le Pen doit prononcer un discours à 12h. Mais aucune allocution du président d'honneur Jean-Marie Le Pen n'est prévue. Le bureau exécutif du parti doit statuer lundi prochain sur d'éventuelles sanctions suite aux propos tenus par Jean-Marie Le Pen dans le journal d'extrême droite Rivarol. Par ailleurs, cette semaine, le site d'information Mediapart a révélé que Jean-Marie Le Pen aurait détenu un compte caché en Suisse pour 2,2 millions d'euros

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess