Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un chômeur brestois a rencontré Emmanuel Macron avant l'annonce du plan pauvreté

mardi 11 septembre 2018 à 19:37 Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel

Le plan pauvreté doit être annoncé par Emmanuel Macron ce jeudi 13 septembre. Le président de la République a rencontré lundi à huis-clos des personnes en situation de grande précarité. Dont un chômeur brestois, père de cinq enfants. Gwendal témoigne.

Gwendal a expliqué sa situation à Emmanuel Macron
Gwendal a expliqué sa situation à Emmanuel Macron © Radio France - Gwendal

Brest, France

Gwendal a rencontré Emmanuel Macron lundi à Noisy-le-Grand, lors d'une rencontre organisée par ATD Quart Monde. Un échange à huis-clos, sans média. "Il nous a serré la main, comme s'il serrait la main d'autres présidents de la République. Avec beaucoup de respect", dit Gwendal.

Ce chômeur brestois de 41 ans a quitté son emploi de chauffeur routier à l'international il y a 7 ou 8 ans pour s'occuper de ses cinq enfants. Depuis, il galère. Il a notamment dû quitter un emploi aidé pour des questions de santé.

"J'ai dit au Président ..."

"J'ai dit au Président qu'il fallait penser aux personnes dans leur globalité, notamment dans les choix des formations pour qu'elles ne soient pas des formations *garage*".

Emmanuel Macron n'a pas dévoilé sa stratégie et le contenu du plan pauvreté, mais il est question de retour à l'emploi pour les chômeurs de longue durée et de prévention. L'une des mesures pourrait être un coup de pouce pour l'accueil en crèche des enfants des familles très défavorisées. 

Gwendal applaudit : "Chercher un travail et pouvoir laisser son enfant dans une crèche, c'est utile. Et puis surtout, je me souviens être allé avec un de mes enfants aux Restos du Cœur. Et franchement, il aurait été mieux à la crèche, avec d'autres enfants de tous les milieux. _On dit que les pauvres font des enfants pauvres. Pouvoir aller dans des crèches mixtes, cela permet de voir autre chose_."

Des co-formations

Comme ATD Quart Monde, Gwendal suggère aussi des co-formations pour les travailleurs sociaux et les agents de Pôle Emploi. Des co-formations avec un contact avec des personnes en situation de grande pauvreté "pour mieux comprendre la globalité"