Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un collectif conteste en justice l'attribution de la clinique mutualiste de Grenoble au groupe Doctegestio

-
Par , France Bleu Isère

Un collectif d'usagers, de riverains et de salariés du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble saisit la justice sur la régularité de la vente du GHM au groupe Doctegestio (devenu AVEC) et demande toujours à la Métropole de préempter les murs pour les conserver dans le secteur non lucratif.

Le collectif d'usagers, d'habitants et de salariés du GHM annonce son action en justice
Le collectif d'usagers, d'habitants et de salariés du GHM annonce son action en justice © Radio France - Véronique Saviuc

Les usagers, les riverains et des salariés du GHM annoncent une action en justice pour contester la vente du groupe hospitalier mutualiste à Doctegestio en octobre dernier.  L'assignation du collectif, constitué des "amis des cliniques mutualistes", de l'association de quartier Berriat et du syndicat Force ouvrière sera déposée début février au tribunal de grande instance de Grenoble.  

Une assignation en justice pour contester la vente

Un avocat spécialisé y soulève des "irrégularités" dans le mode de désignation du repreneur de la clinique quand la mutuelle ADREA a voulu s'en séparer. Bernard Bensaid, le président de Doctegestio ne comprend pas leur démarche. 

"Une démarche inutile" pour Bernard Bensaid, le président de Doctegestio

Le collectif demande à la Métropole de Grenoble de préempter les murs

Doctegestio a repris l'activité mais pas les murs qui sont promis à Icade Santé, une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations. La vente est en cours, et seule la préemption par la métropole de Grenoble peut maintenant l'arrêter.

C'est ce que demande le collectif pour conserver les bâtiments dans le secteur non lucratif, mais aussi empêcher que la mutuelle ADREA ne parte avec le "pactole" de 69 millions d'euros (50 millions de la vente, 19 millions des loyers accumulés pendant les dernières années). 

Explications Véronique Saviuc

Christophe Ferrari se réserve le droit d'exercer son droit de préemption

Le collectif a déjà rencontré le président de la Métropole la semaine dernière, avec les chefs de groupe de la majorité. Christophe Ferrari les reçoit à nouveau vendredi prochain, avant de tenir une conférence de presse lundi. Il a toujours dit qu'il exercerait son droit de préemption si l'esprit mutualiste n'était plus respecté après la vente du GHM et il s'interroge aujourd'hui sur la santé financière de Doctegestio. 

Éric Piolle donne son pouvoir et dénonce les pratiques "hautement problématiques" du repreneur

Éric Piolle, qui comme Christophe Ferrari avait soutenu un autre candidat à la reprise, l'association grenobloise AGDUC adossée au CHU de Grenoble, annonce ce mardi dans un communiqué qu'il "donnera à la Métropole le pouvoir de préempter". Le maire de Grenoble fait état dans ce communiqué de pratiques "hautement problématiques" du repreneur dénoncées par les syndicats et salariés. "En tant que maire de Grenoble, j'active tous les leviers à ma disposition pour la santé des grenobloises et grenoblois", écrit-il en précisant que la Métropole "fait le travail préalable pour offrir les garanties suffisantes sur la faisabilité juridique et financière de l'opération"

Une expertise pour risques psychosociaux demandée au CSE

Le secrétaire Force Ouvrière du CSE Thierry Carron a déjà déposé la semaine dernière un référé au tribunal de grande instance de Grenoble pour "délit d'entrave" suite  aux changements "brutaux" imposés "sans concertation" au personnel par le repreneur depuis octobre. Aujourd'hui, il a demandé en CSE une expertise pour risques psychosociaux. C'est un problème de "culture d'entreprise" répond le président Bernard Bensaid. 

On va se rendre compte que cette méthode était la bonne, dit Bernard Bensaid

"Le groupe Doctegestio a sauvé 12000 emplois, il a sauvé 343 établissements avec la méthode MIDI qui lui est propre, M pour mutualisation, I comme intelligence collective, D comme Digitalisation et le I d'innovation. Cette méthode n'est pas classique, elle peut paraître surprenante pour certains. Je pense que c'est cette méthode qui fait réagir les élus du CSE. Je pense que c'est une question de culture d'entreprise et qu'au bout d'un certain temps, tout le monde conviendra que cette méthode est la bonne". 

Doctegestio est devenu "AVEC" le 6 janvier dernier

Doctegestio vient de changer de nom et d'appelle désormais "AVEC", une marque unique pour toutes ses activités, des services d'aides à domicile au sanitaire.  Le GHM représente 20 % de son chiffre d'affaires qui était de 600 millions d'euros en 2020. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess